Présentation

Goût pour les relations internationales et la diplomatie, bonne connaissance de deux langues étrangères dont l'anglais, capacités d'analyse, de jugement, de proposition et d'action, et aptitude à animer une équipe sont autant de qualités que doit posséder le secrétaire des affaires étrangères. S'y ajoutent la mobilité (après trois années en administration centrale, le secrétaire part à l'étranger) et l'adaptabilité à la diversité des pays d'affectation et à la variété des tâches.

Chaque année, une poignée de places seulement sont mises aux concours de secrétaires des affaires étrangères.

Direction de la coopération européenne

Le secrétaire des affaires étrangères s'occupe des relations entre l'Europe et les payes étrangers.

Aymeric est l'un d'eux. Premier volet de son travail : suivre, avec le SGCI, le groupe Balkans qui se réunit deux fois par semaine à Bruxelles et dans lequel sont représentés les États membres. Second volet : la rédaction de notes. Dès que le ministre se rend à l'étranger, les sous-directions géographiques du ministère des Affaires étrangères demandent à la sous-direction des relations extérieures des informations réactualisées sur les relations entre l'Europe et les Balkans. La rédaction de notes est une tâche quasi quotidienne, qui oblige le secrétaire à s'informer des réactions des Balkans.

Partir à l'étranger

Les affaires européennes, synonymes de nombreuses propositions, demandent de la réactivité... un emploi du temps chargé pour les secrétaires. Le secrétaire des affaires étrangères se déplace souvent à l'étranger. La moitié de sa carrière peut s'effectuer dans d'autres pays.

Formation

Comment devenir secrétaire des affaires étrangères ?

Après bac+3

Il existe deux concours externes (catégorie A) qui conduisent au métier de secrétaire des affaires étrangères : concours “cadre général”, et concours “cadre d’Orient”, réservé aux candidats qui connaissent au moins une langue dite "orientale" (chinois, japonais, russe, arabe..., mais aussi l’allemand !).

Ils sont ouverts aux candidats âgés de moins de 35 ans, titulaires d’un des diplômes suivants : licence, maîtrise ou troisième cycle d’études supérieures, diplôme d’un institut d’études politiques, diplôme de pharmacien, doctorat en médecine, doctorat vétérinaire, diplôme d’ingénieur...

Le concours de secrétaire cadre général, par exemple, comporte cinq épreuves écrites d’admissibilité : dissertation de culture générale, dissertation portant sur les relations internationales, une dissertation d’économie ou relative aux questions européennes, une épreuve de langue vivante étrangère 1 (essai + note de synthèse rédigée en français à partir de notes en langue étrangère) et une épreuve de langue vivante 2 (version). Les épreuves orales d’admission, quant à elles, sont au nombre de six : grand oral (sur un sujet de culture générale ou un texte), questions européennes ou économie, finances publiques, droit public, deux oraux de langue.

Il n'existe pas d'organisme de formation assurant une préparation spécifique à ces deux concours. Cela dit, les IPAG (Institut de préparation à l'administration générale), au sein des universités, et les CPAG (Centre de préparation à l'administration générale), situés dans les IEP, proposent une préparation adaptée aux concours administratifs. L'Institut national de langues et civilisations orientales, quant à lui, forme aux épreuves de civilisation et de langues orientales.

A noter : deux autres concours existent : conseiller des affaires étrangères "cadre d’Orient" et conseiller des affaires étrangères "cadre général".