Présentation

La mission principale de la sage-femme est d'accompagner les femmes enceintes durant leur grossesse jusqu'au jour de l'accouchement.

Spécialiste des grossesses normales, la sage-femme suit les femmes enceintes du diagnostic de la grossesse au jour de l'accouchement. Elle les accompagne et leur prodigue de précieux conseils. Elle est très souvent amenée à animer des exercices de relaxation pour préparer les futures mamans au jour de la naissance.

Tout au long de la grossesse, elle peut également être chargée du suivi gynécologique. Dans la majeure partie des cas, c'est elle qui assure, seule, les accouchements. En cas de complication, elle doit très vite réagir en faisant appel à un gynécologue ou un chirurgien.

Après l'accouchement, son travail n'est pas encore tout à fait fini : elle s'occupe du bébé, effectue les vérifications nécessaires pour s'assurer de sa santé et surveille l'état physique et mental de la mère.

Un métier féminin comme masculin

Willy Belhassen est un maïeuticien, il exerce avec passion cette profession majoritairement pratiqué par les femmes. « Le fait que je sois un homme simplifie la prise de contact avec les femmes. Dans les cours de préparation à l'accouchement, certaines me disent "on a l'impression que vous avez déjà accouché"».

Après quatre ans d'expérience professionnelle dans la fonction publique hospitalière, Willy est tenté par le secteur libéral pour suivre une femme enceinte tout au long de sa grossesse et même après la naissance du bébé.

« L'intégralité des actes par une seule et même personne n'étant pas réalisable à l'hôpital où la jeune maman est suivie par plusieurs sages-femmes, en fonction de leurs gardes et où les soins ont tendance à se techniciser, comme la péridurale qui devient systématique. Pour moi, la grossesse, l'accouchement et l'après-naissance doivent se dérouler de la manière la plus naturelle possible, sans obliger les parents à suivre ce qu'on a décidé pour eux », explique-t-il.

Accompagnement personnalisé

Aujourd'hui, Willy est installé dans un cabinet dans le sud de Paris. « Au départ, j'ai dû trouver une structure pour m'accueillir lors des accouchements. Les femmes enceintes viennent nous voir par le bouche à oreille. Comme j'assure un suivi personnalisé, je dois bien m'organiser. Mes vacances sont programmées un an à l'avance en fonction des dates d'accouchement de mes patientes."

Pas question pour Willy d'avoir cinq grossesses à terme dans la même semaine car, dès qu'une patiente perd les eaux, il annule ses rendez-vous à son cabinet et accourt.

Condition physique et résistance psychologique

Malgré l'énorme satisfaction qu'il peut apporter, ce métier est difficile. Les horaires sont en effet très durs, les sages-femmes travaillant de jour comme de nuit, les week-ends et les jours fériés, ce qui nécessite une bonne condition physique, en plus d'une résistance psychologique.

Dotée de compétences médicales et scientifiques, la sage-femme doit également posséder un excellent sens relationnel pour établir une relation de confiance avec la femme enceinte.

On ne choisit pas le métier de sage-femme par hasard, mais par vocation. Les connaissances médicales sont aussi importantes que les qualités humaines. Avant d'aider une femme à mettre au monde son enfant, le rôle de la sage-femme est de rassurer la future maman et de la préparer du mieux possible à un des plus beaux moments de sa vie : l'accouchement.

Pour exercer cette fonction, il faut donc avoir le goût du contact humain, un sens psychologique aïgu, une grande résistance physique et nerveuse ainsi qu'une capacité d'écoute.

Formation

Comme devenir sage-femme ?

Pour devenir sage-femme, cinq années d'études après le baccalauréat sont obligatoires. La formation débute par une première année commune aux études de santé (paces), juste après le baccalauréat.

Suite à cette année à l'université, les candidats doivent passer le concours d'entrée en école de sages-femmes. Il est très sélectif (moins de 20 % d'admis).

Une fois le concours réussi, l'étudiant intègre l'une des écoles de sages-femmes françaises pour un cursus de quatre ans. Durant cette période, de nombreux stages en maternité ou en pédiatrie sont effectués.

Afin d'obtenir le diplôme d'Etat de sage-femme, il faut également valider un mémoire. A partir de l'année universitaire 2014-2015, les diplômés d'écoles de sage-femme bénéficient du grade master (bac +5).

Dernière mise à jour : 8 octobre 2015

Témoignage

Agathe Dumont, sage-femme

"C’est un beau métier, mais c’est dur. Certes, on fait accoucher des femmes, on est au contact des gens, on vit des moments d’intimité avec les patientes. Mais ce n’est pas toujours heureux. Il faut être prêt à voir des gens souffrir. C’est un travail très long qui nous apporte du bonheur, mais aussi une forte montée d’adrénaline, car cela ne se passe pas toujours très bien »