Présentation

Qu'il travaille pour un industriel, un transporteur ou une société spécialisée, le responsable logistique a les mêmes objectifs : recevoir, stocker et expédier des produits. Il est chargé de coordonner les différents maillons de la chaîne logistique, depuis l'acquisition de marchandises auprès des fournisseurs, jusqu'à leur livraison auprès d'un client, en temps et en heure.

Un professionnel de l'optimisation

Le responsable logistique, parfois surnommé supply chain manager, est chargé d'optimiser la circulation de matières premières ou de produits à plusieurs niveaux. Ainsi, c'est à lui qu'est confiée la gestion des marchandises de A à Z, avec comme but de répondre aux exigences fixées par l'entreprise mais aussi et surtout les clients.

Après avoir traité les commandes et géré les stocks pour garantir la disponibilité des produits, il doit négocier avec divers acteurs pour préparer l'acheminement et l'entreposage des marchandises. Le tout en veillant à réduire au maximum les délais de livraison et les coûts de stockage. Raison pour laquelle, il est amené à étudier avec attention les tarifs de transport qui lui sont proposés.

Il doit également trouver le meilleur parcours (axes de communication routiers, marins voire aériens) possible pour livrer les marchandises à temps. Son leitmotiv est le suivant : optimisation et rapport qualité/prix. Il est donc en contact permanent avec les différents acteurs des entreprises, qu'il s'agisse de fournisseurs, de commerciaux, du personnel de direction ou des transporteurs.

Le responsable logistique doit donc être force de propositions, car il peut lui être demandé de réfléchir à de nouveaux systèmes de stockage ou de manutention. De même, il doit être capable d'analyser en peu de temps de nombreuses données. Pour traiter avec les différents interlocuteurs, le métier nécessite des compétences en communication. Enfin, la maîtrise de l'anglais est, de plus en plus, une priorité.

Une organisation sans faille

Pour mener à bien sa mission dans des conditions optimales, le responsable logistique ne travaille pas seul. Au sein des entrepôts dans lesquels il évolue, il collabore avec diverses équipes, chargées de la production ou de la livraison. C'est à lui de mettre en place les différents plannings pour gagner du temps et faciliter les flux de marchandises. Il doit donc afficher de bonnes capacités managériales et être avant tout responsable : il doit en effet veiller à la sécurité des équipes qu'il supervise.

Par ailleurs, ce professionnel doit être à même de pouvoir anticiper d'éventuels problèmes. Pour cela, il peut réaliser des études logistiques stratégiques. Un sens de l'organisation à toute épreuve est donc exigé. Le responsable logistique doit également exceller dans la maitrise des règles juridiques et fiscales propres au secteur du transport.

Formation

Le DUT Gestion logistique et transport ou Qualité logistique industrielle et organisation (QLIO) et le BTS Transport et prestations logistiques peuvent permettre d’occuper un poste d’assistant logistique. Quelques années d’expérience professionnelle sont alors nécessaires avant de pouvoir accéder à un poste de responsable.

Toutefois, avec un bac +5 d’une école de commerce ou d'ingénieurs voire après un cursus universitaire en master pro ou une école spécialisée, il est possible d’accéder directement à cette profession.

Dernière mise à jour : 26 mars 2015

Témoignage

Christian Perroney, responsable logistique dans la grande distribution

« Il faut tout vérifier sans cesse pour s'assurer que la marchandise arrive dans les temps sur les différents points de vente desservis. Le moindre détail peut venir enrayer la machine et avoir de graves conséquences sur les ventes de l'entreprise. Actuellement, les groupes de grande distribution cherchent par tous les moyens à réduire les temps de transport et le stockage qui sont très coûteux. Je dois donc trouver de nouvelles techniques pour acheminer les produits plus rapidement d'un centre de stockage.

Je suis également en contact direct avec certains fournisseurs et il faut que je m'assure de leur bonne collaboration. Enfin, je négocie avec les transporteurs quand il n'est pas assuré en interne. J'ai vraiment l'impression de faire tout en même temps mais avec de l'organisation, on s'en sort très bien. »