Présentation

Découvrez ce métier avec : BBD - ICD INTERNATIONAL BUSINESS SCHOOL

Assurer le développement des ventes de son entreprise à l'étranger. Tel est l'objectif du responsable de zone export. Un professionnel qui doit savoir parler plusieurs langues.

« Développer les ventes dans une zone spécifique ». C'est ainsi que Geoffrey, responsable de zone export sur la région du Proche et du Moyen-Orient définit sa profession. « Reporting, suivis des dossiers avec le bureau d'études, élaboration des devis, organisation des tournées, préparation des visas, réservation des hôtels, des billets d'avions, visite et suivi des clients,... » : ce spécialiste a de nombreuses missions, témoigne Geoffrey.

Un métier riche de rencontres

Franck, responsable de zone export dans une entreprise américaine de revêtement automobile et de feutrine pour loisirs créatifs , assimile son métier à celui de commercial : « Ma fonction est d'entretenir une clientèle existante, de maximiser les comptes, mais aussi de démarcher de nouveaux clients potentiels », explique-t-il.

Un responsable de zone export se doit ainsi de privilégier les rencontres avec ses clients et de fréquenter assidûment les salons professionnels pour se créer des contacts.

« Malgré les nouvelles technologies, les relations humaines sont indispensables. Vous n'obtiendrez pas la même chose au téléphone que de visu, c'est certain », explique Franck. Un métier où la confiance est donc primordiale, même si elle se gagne difficilement et se perd très vite ! Ceux qui rêvent de voyages et de rencontres seront servis.

« C'est un peu par curiosité que j'ai décidé de faire ce métier, et je n'ai pas été déçu : tous mes interlocuteurs sont différents, les chocs culturels sont fréquents. On découvre des endroits merveilleux. Et une vente en plein Londres en Angleterre n'a rien à voir avec une vente au cœur de la Forêt- Noire en Allemagne ! Grâce à cela, on ne s'ennuie jamais », argue Franck.

Des conditions de travail difficiles

Des déplacements constants, une disponibilité de tous les instants... « Pour faire ce métier, il faut être rompu à la frustration, aux refus... ce n'est pas un monde de philanthropes ! Etre responsable de zone export est un métier usant physiquement et moralement. Il faut être diplomate et fin psychologue, ou du moins, essayer ! », décrit Franck.

De son côté, Geoffrey précise que pour effectuer cette profession, « il faut forcément aimer voyager, être capable de prendre l'avion plus de 80 fois par an, et ne pas être perturbé avec les décalages horaires ».

La maitrise de plusieurs langues

Pour être efficace, un responsable de zone export doit avoir un esprit d'initiative très développé, être autonome, indépendant, et extrêmement rigoureux, notamment dans ses études de marché.

La maîtrise parfaite de l'anglais et d'une ou deux autres langues, est également indispensable. « Il faut également arriver à cerner le contexte géopolitique de chaque pays, suivre l'actualité et connaître les us et coutumes de chaque pays », précise Geoffrey. Enfin, une disponibilité totale est également de mise.

Formation

Découvrez la formation avec : BBD - ICD INTERNATIONAL BUSINESS SCHOOL

Comment devenir responsable de zone export ?

Pour exercer cette profession, mieux vaut être titulaire d'un diplôme de niveau bac +5. Tout d'abord, un cursus universitaire est parfaitement envisageable : il existe de nombreux masters axés sur le commerce international.

Il est également possible de s'orienter vers une école de commerce pour effectuer cette profession : leurs cursus, très professionnalisants, permettent entre autres aux étudiants d'effectuer plusieurs séjours à l'international.

Pour finir, certains diplômés de BTS ou de DUT Commerce International peuvent également exercer cette profession, mais seulement lorsqu'ils ont déjà plusieurs années d'expérience.

Dernière mise à jour : 25 novembre 2015

Témoignage

Geoffrey, responsable de zone export sur la région du Proche et du Moyen-Orient

« J'apprécie ce métier, car nous apprenons toujours de nos clients, l'export est une richesse culturelle. L'indépendance également, nous sommes assez libres de choix et voyageons souvent seul. Je m'occupe de grands comptes donc il faut aimer prendre des risques sur de gros contrats et s'adapter au pays en question. »