Présentation

L'armée de terre ne compte que des soldats engagés et professionnels, 134 000 hommes et femmes tous grades confondus. Les militaires du rang représentent presque la moitié d'entre eux. Ils sont avant tout combattants, mais peuvent cumuler un deuxième métier.

Si l'armée de terre est ouverte à tous, quel que soit le niveau d'études (de CAP à bac+5 pour les officiers), servir en son sein exige engagement, détermination et disponibilité. Les valeurs que les soldats partagent (dépassement de soi, rigueur, cohésion, camaraderie) et défendent au quotidien (citoyenneté, paix, stabilité, respect, égalité) nécessitent une réelle implication dans leur métier... qui s'avère en fait “bien plus qu'un métier”.

Des missions en France comme à l'étranger

Engagé volontaire de l'armée de terre (EVAT) ou volontaire de l'armée de terre (VDAT), le jeune est d'abord soldat, c'est-à-dire combattant. Ses missions sont variées. Sur le territoire national, il peut être amené à aider la population civile. Il peut également venir en soutien des forces de sécurité et de police dans le cadre de missions d'aide au service public, comme le plan Vigipirate. Dans le jargon militaire, on parle d'"opérations intérieures".
A l'extérieur de nos frontières, les soldats ont pour mission de protéger les ressortissants français et de défendre la paix et la sécurité dans des pays où les équilibres sont fragiles et où retour au calme ne rime pas forcément avec stabilité. Engagés sous mandat ONU ou OTAN , ils sont souvent employés pour des missions de stabilisation ou comme force d'interposition.

Un double métier

Comment faire d'un jeune homme ou d'une jeune femme un soldat aguerri ? Des cadres instruisent les jeunes engagés durant les 6 premiers mois de leur formation initiale. Celle-ci poursuit deux objectifs : intégrer le jeune militaire du rang dans la communauté militaire pour en faire un compagnon d'armes et lui fournir un niveau de qualification suffisant pour occuper son premier emploi. Quel que soit son régiment, l'engagé volontaire suit donc d'abord une formation commune à tous, puis, à l'issue, se spécialise. L'armée de terre propose ainsi 400 métiers. Leur finalité demeure l'engagement opérationnel, que ce soit en France, au profit de leurs compatriotes, ou à l'étranger, au service de la paix et des plus faibles. Leur détermination et leur engagement sont leur force pour réussir leurs missions.

Formation

Comment devenir militaire du rang dans l'armée de terre ?

Le contrat d’engagé volontaire de l’armée de terre (EVAT)

L’engagement est ouvert à tous les jeunes de nationalité française âgés d’au moins 17 ans et demi (sauf engagements particuliers comme la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) ou le service militaire adapté (SMA). Les candidats doivent détenir au minimum le niveau BEPC, CAP ou BEP, satisfaire aux épreuves de sélection et être déclarés aptes à l’engagement. Un premier contrat de trois ou cinq ans est alors proposé.

Ce contrat peut être suivi d’engagements successifs permettant sous certaines conditions d’aller jusqu’à 15, voire 22 ans de service. Dans tous les cas, le candidat, en fonction de la qualité de son dossier et des places disponibles, peut choisir son régiment et/ou le domaine dans lequel il souhaite se spécialiser.

Le contrat de volontaire de l’armée de terre (VDAT)

Un candidat peut opter pour le volontariat lorsque la spécialité ou le régiment qu’il désire ne sont pas immédiatement disponibles en tant qu’EVAT ou tout simplement pour découvrir lors d’un contrat court ce qu’est l’armée de terre. Les candidats n’ayant pas le niveau requis pour accéder directement au contrat d’EVAT pourront également se voir proposer un contrat de volontaire (VDAT).

Pour souscrire un contrat VDAT, il faut être de nationalité française, être âgé de 18 ans ou plus et être déclaré apte à l’engagement. Le contrat de volontaire est souscrit pour une période d’un an (renouvelable quatre fois). A partir du dixième mois de service, le volontaire, en fonction de son aptitude et des besoins de son organisme, pourra, s’il le souhaite, voir son contrat requalifié en contrat d’EVAT. Il conservera les avantages acquis grâce à ses dix mois (ou plus) d’ancienneté, notamment en matière d’avancement. Cette période est surtout l’occasion d’acquérir une première expérience professionnelle et de commencer à exercer une spécialité. Elle sera un atout pour le volontaire s’il fait le choix de rester dans l’institution ou de retourner dans le secteur civil.