Présentation

Le manager de projet culturel coordonne la création d'événements. Il peut exercer aussi bien dans une direction régionale des affaires culturelles (Drac), une collectivité, une agence de production, un festival ou un organisme associatif.

C'est lui qui s'occupe d'organiser des concerts, des expositions, des pièces de théâtre ou toute manifestation ayant trait à la culture. C'est par lui que naît le lien entre le public et l'œuvre, qu'est établi le dialogue entre les artistes et les spectateurs. Il travaille aux côtés des artistes mais aussi des techniciens, des commanditaires (directeurs de salles, de centre d'art, de festivals), des politiques (conseillers au ministère de la culture, adjoints et élus à la culture pour des villes, des départements ou des régions) et d'autres intervenants indispensables à la mise en place d'un événement.

Un bon communicant

Le métier de manager de projet culturel implique d'être au fait de l'actualité pour pouvoir répondre aux attentes du public. Pour mener à bien ses différents projets, il budgète les coûts de réalisation, trouve des financements et négocie avec les partenaires.

Son rôle consiste aussi à faire la promotion des événements qu'il organise pour que le public soit présent aux rendez-vous. Pour cela, il élabore les plaquettes, affiches et autres flyers. Il assure également l'envoi des communiqués de presse, et gère la communication auprès des différents média (presse, site web, réseaux sociaux,...).

Une collaboration permanente avec les artistes

« Pour moi, l'artiste a une place essentielle dans notre société, explique Fanny, manager de projet artistique et culturel. Dans mon quotidien, je trouve gratifiant d'avoir l'idée d'un projet en collaboration avec des artistes, de rassembler les moyens financiers, techniques, humains pour sa réalisation et arriver à la rencontre avec le public. C'est aussi pour cela que j'ai choisi de travailler en agence, car nous sommes plus proches des artistes et de leur quotidien qu'en travaillant en collectivité. J'ai souvent constaté qu'il était difficile d'établir une frontière bien distincte entre vie professionnelle et personnelle. »

D'indéniables qualités relationnelles

Un bon carnet d'adresses, des grandes qualités d'organisation, un moral à toute épreuve : ces compétences sont indispensables pour exercer la profession de manager de projet culturel.

C'est un métier très prenant qui mobilise de nombreuses heures de travail par jour. Il faut avoir une bonne résistance au stress et savoir gérer les imprévus. Bien sûr, les qualités relationnelles sont partie intégrante du métier. C'est grâce à la qualité de ses interactions avec les différents protagonistes que le manager réussira à mener à bien son projet. Il sait susciter l'envie, que ce soit chez les artistes pour les convaincre de venir se produire que chez le public pour pour les convaincre de se rendre à l'événement.

« Diriger un projet artistique nécessite une disponibilité constante et un grand investissement puisque le projet repose en grande partie sur les épaules de celui qui le produit. D'ailleurs, il a souvent sous sa responsabilité une équipe artistique, qu'il faut essayer de comprendre à chaque instant mais aussi des politiques ou organisateurs qui financent le projet et qui ont eux aussi besoin d'être convaincus et rassurés », estime Fanny.

Formation

Un master à l'université type "métiers des arts et de la culture" ou "stratégie de développement culturel" ou un BTS type "métiers de l’audiovisuel", option "gestion de production" sont reconnus.

Des bachelors (bac +3) qui préparent à ce type de métiers existent également ainsi que des MBA (bac +5). Il ne faut pas négliger l'importance du réseau dans ce secteur.

Dernière mise à jour : 16 avril 2015

Témoignage

Publi-communiqué : “Dire le monde” avec Emelyne Humez

Emelyne Humez crée l’association « Dire le Monde » avec Yannez Fouillet, Cécile Massard et Sophie Massieau lorsque elles étaient encore étudiantes à l’ICART, fin 2008.

« Dire le Monde » travaille sur la diffusion des cultures du monde. Elle organise depuis 2009, le Clam’ festival à Clamart sur une journée qui met à l’honneur une culture différente chaque année.

L’idée est de sensibiliser le public à une culture dans son ensemble, pas seulement d’un côté musical. Il y a donc, à chaque édition, des ateliers de pratique artistique, des concerts, des projections vidéo, des expositions, un village associatif et des dégustations culinaires.

Emelyne est en charge du suivi et du développement des projets en cherchant des partenariats avec d’autres associations, des structures culturelles, des partenaires financiers et artistiques (RDV, développement des ateliers, recherche de financements, etc.).

Elle assure également l’administration et la comptabilité générale de la structure afin de garantir son bon fonctionnement.