Présentation

Le juriste en droit de l’environnement est avant tout un conseiller pour les entreprises concernant les normes environnementales. Directives européennes ou mesures décidées lors du Grenelle de l’environnement, la mission principale de ce juriste spécialisé est de veiller à la bonne application de ces règles par les entreprises.

Ce juriste peut être sollicité dans plusieurs situations : lorsque les sociétés ont des questions sur des normes de sécurité liées à la protection de l’environnement, lorsque ces dernières souhaitent obtenir les autorisations nécessaires à l’acquisition d’un nouveau terrain ou encore en cas de conflits avec des riverains (nuisances sonores).

Aider mais surtout sensibiliser les entreprises

Son rôle est également d’observer une veille permanente sur les lois environnementales en vigueur afin d’aiguiller au mieux les sociétés pour lesquelles il travaille.

Au quotidien, le juriste en droit de l’environnement est donc chargé de monter et soutenir les projets d’acquisition de terrain des entreprises. Il s’assure alors, par le biais des documents d’urbanisme, d’études de valorisation des déchets, que le projet est en adéquation avec les normes environnementales.

Enfin, le juriste en droit de l’environnement a aussi pour vocation de sensibiliser les entreprises faisant appel à lui au respect de l’environnement et se doit de les inciter à opter pour des mesures allant dans le sens du développement durable.

De solides notions en droit mais aussi en sciences

Le juriste en droit de l’environnement, devant apporter des réponses précises dans son domaine, doit connaître la législation sur le bout des doigts pour prétendre à ce poste.

Par sa spécificité, ce poste est aussi technique et nécessite donc certaines connaissances scientifiques (notions sur l’air, l’eau, le sol, les organismes vivants…).

Afin de pouvoir pratiquer dans de grands groupes internationaux, la pratique de l’anglais devient de plus en plus importante dans la profession.

Une bonne mémoire et un esprit d’analyse

Un bon juriste en droit de l’environnement, c’est une personne dotée d’une excellente mémoire ainsi que d’un bon esprit d’analyse et de synthèse. L'aisance à l’écrit comme à l’oral, la diplomatie et l’objectivité sont aussi de mise pour ce poste.  

Formation

Comment devenir juriste en droit de l'environnement

L’obtention d’un master de droit dans la discipline est indispensable pour accéder à la profession de juriste en droit de l’environnement (master de l’environnement et de l’urbanisme ; master droit public et droit privé spécialité droit de l’environnement et des risques, etc).

La spécialisation s’opère généralement lors de la seconde année de master, notamment dans le domaine de l’eau ou de la protection des ressources.

Conjointement à certains masters, le diplôme de juriste-conseil d’entreprise (DJCE) peut se révéler être une option.

En chiffres

Un juriste en droit de l'environnement touche entre 2 100 et 2 660 euros brut par mois (salaire variable suivant le statut).