Présentation

Si vous cherchiez un métier reposant et sédentaire, vous êtes mal tombé ! Qu'il vente ou qu'il neige, le jardinier paysagiste est exposé à tous les caprices climatiques. Inutile de préciser qu'une grande résistance physique est donc indispensable si vous souhaitez exercer ce métier. De l'habileté manuelle, un sens de l'observation et de l'initiative ainsi qu'un certain sens artistique sont de gros atouts.

Le paysagisme reste un secteur extrêmement porteur en matière d'emplois. L'augmentation de la demande est constante : les jardins de particuliers, le paysage d'intérieur ainsi que l'entretien représentent les principaux marchés pour lesquels des postes d'ouvriers ou de techniciens polyvalents se créeront régulièrement. Certains paysagistes refusent la moitié des demandes qui leur sont faites : déchargez-les un peu !

Un métier "touche à tout"

Les activités d'un jardinier paysagiste sont extrêmement larges : la préparation des sols, les semis, l'installation des pelouses et des fleurs, des arbres et des arbustes, puis l'entretien tout au long de l'année. "Mais je dois aussi être capable de faire de l'élagage, de construire un réseau d'irrigation, de réaliser des terrassements, murets, bordures, dallages... bref, ce métier touche à des domaines très différents", nous confie Franck . Sans parler d'un minimum de connaissances en mécanique afin de pallier les différentes pannes sur les machines utilisées...

Vous l'avez deviné, ce métier s'apprend continuellement sur le terrain. Le paysagiste est sollicité pour de nombreux travaux, que ce soit pour des copropriétés, des parcs de loisirs ou pour des municipalités. Aujourd'hui, de plus en plus de particuliers recherchent les services d'un paysagiste afin d'aménager leurs jardins ou d'entretenir sérieusement leurs espaces verts.

Un métier laborieux et éreintant

"Le principal point noir du métier ? Le danger. Un bras qui passe dans un broyeur ou une tronçonneuse qui dérape, c'est tellement vite arrivé" . Car être paysagiste, outre une concentration de chaque minute, demande aussi une résistance physique excellente : les problèmes de dos et de genoux sont malheureusement très fréquents. Les demandes sont grandissantes dans le domaine, et les paysagistes, débordés, travaillent sans répit. Une organisation parfaite afin de ne pas se laisser submerger est alors absolument indispensable : "Quand vous rentrez chez vous le soir, la journée n'est pas finie : il faut gérer toute la partie administrative, nettoyer et préparer les machines pour le lendemain... Mais vous êtes votre propre patron, vous gagnez plutôt bien votre vie et vous travaillez au grand air : il n'y a pas que des inconvénients !", conclut Franck.

Formation

Comment devenir jardinier paysagiste ?

Tout dépend du poste que vous visez car il existe plusieurs grades différents dans le métier : jardinier paysagiste, technicien paysagiste ou architecte paysagiste. Les deux premiers sont très semblables, alors que le dernier demande des études longues et difficiles. Cependant, l'appellation n'est pas protégée. Quel que soit votre niveau, de nombreuses alternatives de formations s'offrent à vous.

Avant le bac

Au sortir de la 3e, vous pouvez opter pour le CAPA travaux paysagers ou le BEPA aménagement de l'espace, spécialité travaux paysagers. Le premier, certificat d'aptitudes professionnelles agricoles, ouvre à la vie active. Si vous voulez aller plus loin, optez alors pour le brevet d'études professionnelles agricoles qui possède, lui, une double finalité : intégrer le marché du travail ou poursuivre vers un bac professionnel ou technologique. Ces deux diplômes sont de toute façon très semblables et vous feront acquérir toutes les techniques de base. Avec un bac professionnel, vous serez en mesure de conduire un chantier paysager.

Après le bac

A ce niveau, le seul choix est un BTSA aménagements paysagers. Vous y apprendrez à gérer entièrement un aménagement paysager, de l'étude à la réalisation finale. Au programme : étude des végétaux et de leur environnement, mais aussi aspects économiques et techniques du métier. Ce diplôme vous permettra de travailler en bureau d'études auprès d'un architecte paysagiste ou au sein des services espaces verts d'une ville, voire de fonder votre propre entreprise !

Après le BTSA

Si vous souhaitez aller encore plus loin, accrochez-vous : plusieurs écoles d'ingénieurs spécialisées ou d'architectes proposent des formations.