Présentation

Qui dit inspecteur des impôts dit forcément contrôle fiscal, la hantise de tous les contribuables ! Bien souvent redouté à juste titre, l'inspecteur des impôts n'exerce pourtant pas toujours une action répressive puisqu'il peut aussi demander un remboursement des éventuels trop-perçus. Et son rôle ne s'arrête pas là.

Ce métier exige rigueur et minutie puisque l'inspecteur jongle toute la journée avec des chiffres sans droit à l'erreur. De même, il doit aimer la fiscalité et les problèmes complexes de la loi fiscale. Bien évidemment, une résistance au stress et un certain sang froid sont de rigueur puisque l'inspecteur des impôts est souvent reçu par les contribuables dans une atmosphère tendue, voire hostile.

Rigueur et impartialité

Impôt sur le revenu, sur les sociétés, sur les grandes fortunes, impôts locaux... A chaque impôt d'Etat, son inspecteur ! Impossible en effet pour un seul professionnel de toucher à tous ces domaines du droit fiscal en même temps. Les spécialisations les plus répandues restent la gestion et le contrôle, dont nous parle Pierre, inspecteur des impôts depuis dix ans. “Mon rôle consiste à me rendre dans les entreprises et à vérifier que leurs déclarations fiscales correspondent bien à l'activité développée, ou à recevoir des particuliers dans le cadre de contrôles personnels, explique-t-il.” Dépêché par le Ministère des Finances, l'inspecteur chargé du contrôle intervient après que son collègue responsable des opérations de gestion ait étudié les différents dossiers qui lui ont été confiés et mené une véritable enquête de vérification ayant abouti à la mise en place d'une procédure.

Des spécialisations variées

L'inspecteur des impôts peut également choisir une voie différente et se spécialiser dans le cadastre. Il assure alors des missions foncières et domaniales telles que le recensement du patrimoine ou la gestion des plans cadastraux. Il est d'ailleurs fréquent qu'un inspecteur passe d'une spécialité à l'autre au cours de sa carrière et il pourra ainsi s'occuper selon ses mutations de l'analyse des réclamations de contribuables, des questions de succession ou encore de la gestion du personnel au sein d'une direction de services fiscaux. Ces différentes spécialisations n'empêchent pas le métier d'inspecteur des impôts d'être fortement connoté : “A présent, lorsque j'annonce ma profession, j'ai droit à une plaisanterie ou à un mouvement de recul. Le premier choc passé les gens me demandent souvent des conseils. Quant aux personnes contrôlées, elles restent courtoises, contrairement aux idées reçues.”

Formation

Comment devenir inspecteur des impôts ?

Pour devenir inspecteur des impôts, vous devrez réussir un concours administratif très sélectif dont les épreuves sont ouvertes aux titulaires d'un bac+3.

Les épreuves d'admissibilité comprennent une dissertation sur un sujet politique, économique, social ou financier ; une épreuve de droit administratif, d'analyse économique, de maths, de gestion comptable ou une note de synthèse, selon le choix du candidat ; et enfin une épreuve de droit privé ou de mathématiques et statistiques. Les épreuves d'admission sont quant à elles constituées d'un exposé oral et d'une épreuve de langue ou de comptabilité.