Présentation

Découvrez ce métier avec : EPSI

La mission de l'ingénieur télécom et réseaux autour de la gestion de la vie courante du réseau par lequel transitent les informations sous forme de voix et de données. Il répond ainsi à la demande de certaines unités : fabrication, commerce et distribution.

Le métier d'ingénieur télécom et réseaux nécessite d'abord des compétences techniques. Il sait également travailler en équipe. Cette qualité lui est notamment demandée lorsqu'il forme ses collègues à la nouvelle architecture réseau.

"Chaque mission est un nouveau défi"

Les ingénieurs télécom et réseaux travaillent de plus en plus pour des sociétés de conseil et des ESN (entreprise de services du numérique) qui, elles-mêmes, mettent leurs compétences au service des entreprises. Aujourd'hui, ces dernières ont besoin de systèmes de communication très performants et toujours opérationnels. Et, en cas de panne importante, c'est l'ingénieur qui doit se déplacer pour effectuer des tests.

Les réseaux de communication, le nerf de la guerre

Les réseaux de communication, c'est depuis toujours le nerf de la guerre. L'information doit à tout prix circuler... et vite. Ce sont les ingénieurs en télécommunication qui ont la lourde responsabilité de relier les différents sites entre eux.

Pour ce faire, ils conçoivent, développent et expérimentent de nouvelles technologies afin de rendre les systèmes de télécommunications toujours plus performants. La fibre optique, les consoles vidéos, le téléphone mobile...

Toutes ces innovations dont la population profite au quotidien n'auraient pas vu le jour sans ces professionnels de haut niveau. Ces scientifiques sont également un manager. Ils supervisent le plus souvent les équipes techniques chargées de la conception de matériels de télécommunications tels que les téléphones, les fax, les standards téléphoniques et même les réseaux.

"Connecting people"

Les ingénieurs en télécommunications travaillent de plus en plus pour des sociétés de conseils et des Entreprises de services du Numérique (ESN) qui elles-mêmes mettent leurs compétences au service des entreprises. Aujourd'hui, les sociétés ont besoin de système de communication très performants et surtout, toujours opérationnels.

En cas de panne importante, c'est l'ingénieur qui doit se déplacer pour effectuer des tests. Concepteur de ce même système, il est le plus à même de résoudre le problème en un temps record.

Enfin, dans les labos, ils travaillent avec d'autres chercheurs, une collaboration indispensable au bon fonctionnement de la recherche et au processus de création.

Formation

Découvrez la formation avec : EPSI

Comment devenir ingénieur télécom et réseaux ?

L'école d'ingénieurs est la voie royale pour décrocher une place d'ingénieur en télécommunication.

L'université prépare également très bien au métier au travers de ses masters Informatique (option réseaux et télécommunications). Très important aujourd'hui, il faut acquérir une démarche de recherche lors de sa formation car les meilleurs seront ceux qui inventeront les technologies de demain.

Après le bac

Près de quatre-vingts écoles d’ingénieurs admettent des bacheliers S et une minorité de bacheliers STI pour cinq ans d’études. Certaines d’entre elles proposent une spécialisation en réseaux et en télécommunication à partir de la quatrième année. La sélection s’organise en une étude de dossier et éventuellement un entretien et /ou des épreuves écrites et orales.

A noter : ces écoles post-bac sont également ouvertes aux bac+2, bac+3 et bac+4 par le biais des admissions parallèles.

Après une classe prépa

Plus de 150 écoles d’ingénieurs généralistes recrutent sur concours des élèves issus de classe préparatoires. Quelques-unes des enseignements approfondis dans les télécommunications et les réseaux.

A noter : ces écoles admettent également des bac+3/4. Certaines d’entre elles admettent des bac+2 (DUT, BTS).

Après un bac +4

Les universités délivrent de nombreux masters professionnels en télécommunication et réseaux. Partout, une sélection en master 2 s’effectue après une sélection sur dossier, les capacités d’accueil étant limitées.

Dernière mise à jour : 22 avril 2015

Témoignage

Philippe, ingénieur télécom et réseaux

Comment connecter une nouvelle usine à l’étranger aux réseaux du Groupe en sachant que les opérateurs locaux ne fournissent pas les mêmes types de ligne qu’en France ? Va-t-on la raccorder au site le plus proche géographiquement ou à celui qui se situe dans la capitale du pays, mieux desservie ? Autre projet, plus fréquent celui-là : faut-il accepter la dernière technologie offerte par un opérateur qui pointe du doigt son moindre coût ?

Apporter une solution technique

"Dans tous les cas, j’examine la question en construisant des maquettes afin de trouver la meilleure solution technique, explique le jeune ingénieur. Ensuite, je mets en service la nouvelle architecture en veillant à ne pas gêner les utilisateurs. Les usines tournent 24/24 h. Je n’ai pas le droit à l’erreur ! Je forme enfin les autres experts réseau à cette évolution pour qu’ils puissent intervenir en cas de dysfonctionnement."

La mission de Philippe comporte un autre volet : l’astreinte. Une équipe assure le premier niveau de gestion des incidents après réception d’appels d’utilisateurs et des opérateurs Télécom. Le second niveau revient à Philippe et à une dizaine de ses collègues.

"J’ai été d’astreinte pour la première fois huit mois après mon embauche, raconte-t-il. C’est le temps nécessaire pour acquérir une vue claire de l’infrastructure du Groupe et être capable d’identifier la zone concernée par le problème technique. Depuis, je suis d’astreinte une semaine entière, tous les deux mois. Je dois rester joignable 24/24 h. On recense en moyenne six appels par semaine entre 21 h et 6 h. Mon mobile reste toujours branché, et je garde également près de moi mon ordinateur portable. Après l’appel, je dispose d’une demi-heure pour diagnostiquer le dysfonctionnement puis le résoudre complètement ou, tout du moins, mettre en route le service de manière provisoire. Le temps est compté !"

Visitez le site de EPSI