Présentation

L'ingénieur sanitaire est chargé d'évaluer les risques liés à notre environnement et à notre mode de vie. Pour cela, il contrôle l'hygiène et la salubrité de l'eau, de l'air, des aliments. Il intervient également dans le cadre des nuisances sonores et participe à l'application de mesures visant à protéger la santé des populations.

La profession exige des connaissances pointues dans les domaines de l'environnement et du juridique. La maîtrise de la législation et de la réglementation est indispensable, ainsi que des qualités de synthèse. Outre les compétences techniques, le métier d'ingénieur sanitaire requiert des qualités relationnelles. Il est important de savoir expliquer, convaincre et encadrer une équipe. Il faut enfin être disponible, savoir prendre des décisions et aimer la mobilité géographique, puisque le métier prévoit de nombreux déplacements sur le terrain.

Evaluer les risques avant d'agir

Les domaines d'intervention de l'ingénieur sanitaire sont multiples. "II faut être capable d'évaluer et d'analyser les risques sanitaires, puis de les interpréter pour pouvoir agir, en préconisant les mesures à prendre pour régler le problème, précise Gilles." L'ingénieur sanitaire a pour mission de préserver l'environnement mais aussi, et surtout, de protéger la population : "Si par exemple une industrie rejette des déchets dangereux dans l'atmosphère, nous devons évaluer les risques et les conséquences à plus ou moins long terme pour l'être humain." Il assure également la surveillance sanitaire d'installations publiques telles que les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements thermaux, les piscines, les centres de loisirs... et participe à l'élaboration d'enquêtes épidémiologiques visant à identifier les pollutions majeures : "Il y a eu le problème de l'amiante, la présence de nitrates et de pesticides dans l'eau de consommation, la réduction du taux d'ozone dans l'air ou encore la limitation du bruit à proximité des habitations. A chaque fois, l'Etat ou les entreprises font appel à nous, et notre rôle est alors de mettre en place des moyens efficaces pour lutter contre ces nuisances."

Des activités différentes selon le terrain

Le travail de l'ingénieur sanitaire s'inscrit dans le cadre de la politique nationale d'aménagement et de protection du territoire, "d'où la nécessité d'avoir une approche globale de santé publique". Mais le métier a beaucoup changé ces dernières années : "Les problématiques évoluent avec le temps, les modes de vie et les progrès techniques. Il faut donc s'adapter en actualisant nos connaissances juridiques et nos compétences sur le terrain. Mais ce n'est pas tout. La demande sociale est de plus en plus forte. Les risques sanitaires sont mieux connus et donc pris davantage au sérieux." Un ingénieur sanitaire peut être fonctionnaire du ministère de la Santé, des collectivités territoriales, ou cadre dans le secteur privé. Il peut être amené à effectuer de nombreux déplacements sur le terrain (rencontres avec les élus, les industriels...), mais une part importante de son travail s'effectue au bureau (gestion des dossiers). "On travaille aussi bien seul qu'en collaboration avec des techniciens, du personnel scientifique, des juristes, des médecins ou des responsables d'associations. Le contact humain est très important. Il ne faut pas rester la tête dans le guidon, mais dialoguer avec les différents acteurs, afin de replacer un risque sanitaire dans un contexte social, économique, technique et politique. C'est vraiment un métier aux multiples facettes."

Formation

Comment devenir ingénieur sanitaire ?

Après un bac+4

Les titulaires d'un master 1 de sciences s'ouvrent les portes du concours IES (ingénieur d'études sanitaires). Les reçus sont nommés fonctionnaires stagiaires et suivent une formation rémunérée d'une année. Ensuite, ils sont titularisés et rejoignent l'une des Directions régionales ou départementales des affaires sanitaires et sociales ou l'un des établissements publics sous tutelle du secrétariat d'Etat à la Santé.

Après un bac+5

La spécialisation d'ingénieur du génie sanitaire est accessible, sur dossier et entretien, aux titulaires d'un diplôme d'ingénieur ou d'un troisième cycle privilégiant la chimie, l'agrobiologie, l'aménagement, le génie civil ou l'environnement. Cette spécialisation en un an permet de préparer les concours de la fonction publique et de s'ouvrir à des postes d'IGS ou d'ingénieurs territoriaux. Dans le secteur privé, les débouchés se situent dans les sociétés spécialisées dans la distribution d'eau, l'assainissement, le traitement des déchets...

Un concours interne est également ouvert aux fonctionnaires ou agents publics de l'Etat, aux agents publics d'une collectivité territoriale ou des établissements publics qui en dépendent et aux agents en fonction dans une organisation internationale intergouvernementale. Pour postuler, les candidats doivent justifier de cinq ans de service effectif dans un corps, cadre d'emploi ou cadre de catégorie A.