Présentation

Quand le bâtiment va, tout va... sauf la couche d'ozone ! Le BTP est en effet un des principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre. Pour freiner ce phénomène, le législateur - via le Protocole de Kyoto - a pris un engagement fort : dès la fin 2012, tout nouveau logement construit en France devra respecter la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). Dans ce cadre, les réglementations thermiques seront plus contraignantes.

L'ingénieur en efficacité énergétique doit donc, dès à présent, tout mettre en œuvre afin de limiter les consommations énergétiques des bâtiments. Dans cette perspective, il conseille et accompagne les maîtres d'œuvre et d'ouvrages dans les études thermiques, d'étanchéité à l'air,...

Divers profils pour des missions transverses

C'est également lui qui peut concevoir des installations de services énergétiques, proposer l'utilisation de matériaux innovants et piloter leur mise en place. Cet expert en kilo joule est aussi chargé d'assurer une veille technologique et réglementaire en construction durable.

Formation

Les ingénieurs en énergie spécialisés dans le domaine photovoltaïque ont suivi des études au sein d'écoles d'ingénieurs généralistes ou présentant une orientation industrielle, thermique, énergétique, génie énergétique et environnement, génie climatique et énergétique.

Titulaire d'un bac+5, il possède, en général, une première expérience d'ingénieur spécialiste en bureau d'études et maîtrise les outils de simulation thermique tels que Trnsys, Pleiade, Comfie...

Témoignage

Emilie Lentin, ingénieure en efficacité énergétique Spécialité Photovoltaïque

"J'apprécie le renouveau perpétuel de la filière photovoltaïque qui pousse à une remise en question permanente et à une information continue via un réseau renforcé. Il s'agit d'un domaine qui ne faisait pas partie de mes compétences initiales, mais c'est tellement passionnant qu'on se prend vite au jeu.

Faisant du solaire thermique et photovoltaïque au sein du bureau d'études que j'ai intégré en 2009, j'ai pu utiliser ces nouvelles compétences dans un domaine que j'avais côtoyé pendant mes études Mon parcours professionnel a donc suivi une logique de goût tout en s'adaptant à ce que mes études avaient pu m'enseigner."