Présentation

La profession d'infographiste n'en finit plus de créer des émules ! Le crayon, la paire de ciseaux et autre ruban adhésif ont cédé la place à l'écran d'ordinateur, au clavier et aux logiciels toujours plus performants.

Si les qualités développées diffèrent en fonction de la spécialisation choisie, des bases solides en informatique sont en revanche requises pour tous. Au programme : maîtrise des logiciels les plus pointus, veille technologique... Les compétences techniques seules ne définissent pas l'infographiste qui se reconnaît davantage dans un profil d'artiste à part entière. C'est pourquoi, il travaille son imagination, possède un excellent coup de crayon et développe une solide culture générale.

Vers une spécialisation des tâches

L'infographie couvre tous les secteurs de la création graphique et de l'image : cinéma, dessin animé, édition, jeux vidéo, publicité, télévision, mais l'industrie et la recherche scientifique. Concrètement, l'infographiste participe à la création de dessins animés, de jeux vidéo, de cédéroms ou de films d'animation. Son travail ? Partir d'une idée pour concevoir la meilleure représentation visuelle possible. Il laisse donc libre cours à son imagination sans pour autant sombrer dans le délire artistique qu'il sait limité par les contraintes techniques et financières. Autre réalité, la spécialisation des tâches. L'infographiste tend aujourd'hui à devenir un ou une professionnel(le) des effets spéciaux, des images de synthèse, du multimédia ou du jeu vidéo.

Julie, free-lance dans le sud de la France, a, elle, préféré la spécialisation "Designer-graphique". “Je travaille essentiellement à la création d'identités visuelles pour des sites Internet. Il m'arrive aussi de réaliser une affiche de théâtre, un flyer pour un salon de la beauté et même des faire-part de naissance. Quelque soit le support, il faut manier les textes et les images pour composer un message clair et surtout efficace. Car le but est de satisfaire le client. Notre rôle ? La conception artistique et non l'exécution de simples tâches techniques. Les qualités d'un bon infographiste ? La curiosité et l'ouverture. Notre travail nous conduit souvent à travailler avec un directeur artistique, un scénariste ou bien encore avec un informaticien. Et même si nous avons davantage de liberté en free-lance, nous devons malgré tout rendre des comptes, respecter le cahier des charges et les délais. Mon dernier conseil ? Il faut aujourd'hui tout maîtriser se spécialiser et développer son style graphique pour se faire un nom. Valider un diplôme bac+4/+5 me semble indispensable pour entrer immédiatement sur le marché du travail.” Persévérance et passion font donc loi dans ce métier !

Formation

Comment devenir infographiste ?

Le temps des graphistes autodidactes n’est plus ! Seule une solide formation ouvre aujourd’hui les portes de la profession. Pour y accéder directement, optez pour le bac STI Arts appliqués ou le bac pro Dessin. Les autres séries de bacheliers passent, eux, par une année de mise à niveau en arts appliqués avant d’entreprendre leur cursus.

Après le bac

Le BTS Communication visuelle option “Multimédia” ou “Graphisme-édition-publicité” reste une excellente base pour acquérir ses premières compétences. Parmi les domaines abordés : l’expression plastique, les nouvelles technologies, les arts visuels et appliqués.

Après un bac+2

Après le BTS, cap sur la préparation d’un Diplôme supérieur des arts appliqués (DSAA) Créateur concepteur option “Communication visuelle” ou “Communication graphique” en deux ans. Autre possibilité : intégrer une école privée ou publique pour suivre une formation en quatre ou cinq ans. À l'université, seule la licence professionnelle Création et développement numérique en ligne option “Design” intéresse actuellement les recruteurs.

Après un bac+3

Envie de spécialisation ? Orientez-vous alors vers un 3e Cycle et un master professionnel Infographie multimédia ou bien encore Jeux vidéo média interactifs numériques.