Présentation

Apparu sous sa première forme au Moyen Age, le métier d'huissier est l'une des plus anciennes professions existantes. Depuis lors, il a bien évolué... Fidèle à son serment, l'huissier de justice est aujourd'hui un témoin privilégié, reconnu par la loi. Juriste de proximité, il conseille à la fois l'entreprise et le citoyen.

Le métier comportant une dimension sociale et l'huissier étant fréquemment conduit à intervenir dans des situations de crise, de solides qualités humaines ainsi qu'une grande intégrité sont nécessaires pour s'engager dans cette profession. L'exécution forcée des décisions de justice impliquant des saisies ou des expulsions requiert quant à elle fermeté et diplomatie. Enfin, bon sens et psychologie sont fort précieux pour appréhender les cas litigieux.

Le métier d'huissier de justice

"Le métier d'huissier comprend deux principaux volets", explique Rosemary, huissier de justice à Arles. "Le premier, qui est dans l'imagerie populaire, concerne les saisies d'exécution et la signification des actes. C'est le volet monopolistique, dans le sens où l'huissier est le seul à pouvoir faire cela. Le deuxième volet concerne tout ce qui est consultations, constats et conseils, comme par exemple le constat d'adultère, ou encore le recouvrement amiable des créances".

Deux volets, qui, naturellement, induisent deux types de clientèle. "Lorsque l'on est établit en tant qu'huissier, on a d'une part ce que l'on appelle la clientèle institutionnelle et d'autre part les particuliers. Il est vrai que dans les études, l'Etat constitue une grosse partie du marché. Les particuliers, quant à eux, arrivent par deux canaux : soit par le biais des avocats pour une assignation à faire délivrer ou un jugement à faire exécuter, soit par eux-mêmes parce qu'ils viennent par exemple d'obtenir une décision aux prudhommes et qu'ils n'ont pas été payés ou encore parce qu'ils ont des problèmes de loyers impayés..."

Des journées bien remplies

En achetant une charge et la clientèle qui va avec, l'huissier de justice voit son avenir professionnel assuré... et ses futures journées de travail bien remplies ! "Une journée d'huissier, c'est au minimum dix à onze heures par jour. Il n'est pas rare que certains arrivent à 7 heures au bureau et, pour ma part, il n'est pas rare que je parte à 21 heures, sans avoir eu forcément le temps de déjeuner à midi". Sans compter que, toujours par monts et par vaux, l'huissier peut difficilement prévoir de quoi va être faite sa journée du lendemain.

"Nos journées sont rarement organisées dans la mesure où tout est susceptible d'arriver ! Nous sommes souvent sollicités à l'improviste pour un acte de dernière minute. Il faut donc savoir s'adapter et bâtir son emploi du temps en fonction de la nécessité du moment". Des contraintes qu'il faut être prêt à assumer, tout comme l'image plutôt négative que renvoie la profession.

"Je n'ai jamais eu honte de dire ce que je faisais, reprend Rosemary. On ne retient bien souvent du métier que le côté coercitif, mais ça n'est pas seulement cela ! A l'heure actuelle, l'exécution pure dans laquelle entrent les saisies atteint à peine 30 % de l'activité des cabinets. Le métier a beaucoup évolué, et l'on fait aujourd'hui beaucoup de relationnel, de médiation et de conciliation". C'est pourquoi il n'est pas question d'embrasser la profession sans être doté de certaines valeurs. "C'est une profession qui gagne à être connue et dans laquelle il faut entrer avec un code de l'honneur et des valeurs, à commencer par celle de servir l'Etat de droit", conclut Rosemary.

Formation

Pour devenir huissier de justice, il n'y a qu'un seul chemin possible. En premier lieu, il faut être titulaire d'un master 2 en droit ou d'un titre équivalent reconnu. Une fois ce diplôme en poche, les étudiants doivent travailler pendant deux ans dans une étude, en tant que stagiaire. Ce stage, rémunéré sur la base du SMIC, doit être accompli au moins pour moitié dans une étude d'huissier de justice, l'autre pouvant s'effectuer chez un avocat ou un expert-comptable, une administration publique, le service juridique ou fiscal d'une entreprise mais aussi à l'étranger, auprès d'un membre d'une profession juridique ou judiciaire. Le stagiaire peut alors passer le concours des huissiers professionnels, et enfin prêter serment devant le tribunal de grande instance avant de commencer à exercer.

Témoignage

Me Gaulin-Beddouk, huissier dans une étude à Paris

"La profession d’huissier est très diversifiée. Nous sommes amenés à gérer des conflits sociaux, des procédures de contrefaçon, des jeux concours, des constats, des saisies et nous nous rendons au tribunal de grande instance pour des audiences", détaille Me Gaulin-Beddouk.

Un investissement conséquent est nécessaire, impliquant un endettement important quand on démarre sa carrière. "C’est la raison pour laquelle il s'agit souvent d'un métier de famille. Mon père était lui aussi huissier, et j’ai racheté sa charge. Sinon, il est également possible de s’associer à une étude d’huissier déjà existante et, grâce à une nouvelle loi de fin 2011, l’huissier peut désormais être salarié", précise Me Gaulin-Beddouk. Bonne nouvelle pour les étudiants souhaitant exercer ce métier : cette loi dispense de racheter une charge !

Un intermédiaire incontournable

Ce métier est parfois difficile, notamment lors des saisies ou des expulsions. "Il faut être sûr de soi et avoir du caractère. Il est également nécessaire de prendre du recul, particulièrement quand la famille est encore présente, d’écouter les gens et de s’adapter rapidement à chaque situation", confie Me Gaulin-Beddouk.

Véritable intermédiaire entre le client et le débiteur, l’huissier de justice est là pour trouver des solutions et "aider les gens", souligne Me Gaulin-Beddouk. "Une expulsion prend 18 mois. Pendant ce laps de temps, on essaye toujours de trouver une autre solution !" [[L'huissier a enfin le monopole de certaines activités : il est en effet le seul compétent pour informer les personnes concernées qu'une action en justice est engagée contre elles, en leur remettant une convocation en justice. Une fois le jugement rendu, il délivre les significations, en communiquant le résultat aux intéressés.|La principale mission d'un huissier de justice consiste à informer les personnes concernées d'une action de justice. C'est lui qui signifie, par le biais de documents administratifs, les convocations, les significations et les résultats des éventuels procès. En effet, seul l'huissier est compétent en ce qui concerne les actions d'information aux personnes.]]