Présentation

De la traduction à la visite d'un musée, en passant par la maîtrise parfaite de l'histoire et du patrimoine... Le guide-interprète joue un rôle essentiel dans le secteur du tourisme.

Le guide-interprète investit musées, monuments et sites historiques au plus grand émerveillement des touristes. Son rôle ? Présenter et valoriser notre patrimoine afin de permettre, à travers ces témoins d'un passé plus ou moins lointain, une compréhension immédiate de notre histoire.

Le métier de guide-interprète

Le guide-interprète se tient soigneusement informé des dernières découvertes historiques puis les vulgarise sous forme d'exposés écrits ou oraux. Pédagogue dans l'âme, il maîtrise, au minimum, une langue vivante et conduit naturellement chaque visiteur sur la voie de la curiosité, voire de la connaissance culturelle. Néanmoins, ce métier ne recouvre pas une seule et même fonction.

On distingue ainsi deux catégories de professionnels : les guides-interprètes nationaux et les guides-interprètes régionaux ou départementaux. Dans tous les cas, sachez que la carte professionnelle – nationale ou régionale – est obligatoire pour exercer ses fonctions de guide sur le territoire.

Le parcours sans fautes d'un passionné

Guide-interprète national, Arnaud possède aujourd'hui sa propre agence de « guidage » toulousaine : « J'ai toujours voulu faire ce métier. Les langues étrangères et le contact avec le public m'attiraient. Je me passionnais pour les monuments, l'histoire et la culture ».

Mais ne se prétend pas guide-interprète qui veut : « Il faut intégrer les visiteurs à son discours et ne pas hésiter à faire appel à leurs points de repères culturels pour faciliter la transmission de l'information », confie-t-il.

La meilleure façon d'évaluer ses possibilités en la matière ? Débuter par une expérience de guide-accompagnateur : « On teste immédiatement ses capacités à gérer un groupe et à développer des relations de confiance avec le conducteur. Ensuite, il n'est pas rare que certains guides tombent éperdument amoureux d'un site et décident d'y consacrer leur vie professionnelle », poursuit-il.

Les qualités requises

La visite d'un site ne s'improvise pas : « Je lis beaucoup et j'utilise fréquemment Internet dans le cadre de mes recherches d'actualisation », explique Arnaud. Il est essentiel d'avoir le sens de la pédagogie pour exercer le métier : « J'encadre régulièrement des groupes d'écoliers. C'est passionnant ! Les enfants sont intéressés et s'expriment librement », raconte-t-il.

Une bouffée d'air pur en somme. Alors, si vous vous sentez la fibre d'un guide, suivez donc les ultimes recommandations d'Arnaud : « Un professionnel maîtrise l'anglais, se passionne pour le patrimoine national et développe un réel sens du contact. En bref, sachez que les visiteurs ne se souviendront d'un lieu que s'ils y laissent une empreinte émotionnelle ; à vous d'être toujours plus passionnés et donc toujours plus performants ! ».

La pratique de l'anglais reste obligatoire dans cette profession. Un conseil ? Partez régulièrement à l'étranger pour travailler votre diction. Vous augmenterez ainsi vos chances de recrutement.

De même, l'impératif d'encadrement inhérent à la fonction de guide-interprète impose de réelles qualités pédagogiques, relationnelles et culturelles. Enfin, misez sur votre charisme et votre passion pour l'histoire si vous souhaitez captiver votre auditoire et vous rendre plus attachant à ses yeux.

Formation

Comment devenir guide-interprète ?

Il est recommandé d’avoir un niveau bac +2. Dans cette perspective, le BTS tourisme vous prodiguera une culture approfondie du métier ainsi que la maîtrise des langues étrangères. La formation est proposée en apprentissage dans 27 établissements français.

Par la suite, vous devez obtenir une carte professionnelle de guide-interprète national ou régional pour pouvoir exercer. Pour cela, le diplôme de guide-interprète national (DGIN) se prépare en un an dans 11 universités et est accessible aux titulaires du BTS tourisme ou après une 2ème année de licence. Histoire de l’art, médiation culturelle, langues étrangères appliquées... Autant de disciplines qui vous apporteront toutes les notions nécessaires pour obtenir le DGIN, d’un niveau bac +3.

Au niveau régional, la carte professionnelle est délivrée aux personnes ayant réussi un examen organisé au niveau des régions, aux titulaires du BTS tourisme qui en font la demande ou aux étudiants ayant validé une 2ème année de licence.

Enfin, la profession est accessible après une licence professionnelle proposée par une dizaine d'universités ou de certains masters orientés guidage.

Dernière mise à jour : 26 octobre 2015