Présentation

Protéger les sites sensibles de la marine nationale : telle est la mission du fusilier marin. Il joue un rôle crucial dans la prévention d'éventuelles attaques.

La mission du fusilier marin ? Participer à la surveillance et à la protection de sites militaires stratégiques. Affecté dans une compagnie, ce professionnel veille à la préservation des zones sensibles de la Marine nationale et peut également être affecté à bord des bâtiments de combat.

« Nous alternons patrouilles et formations »

Cette tradition, les « fus » (dénominatif, ndlr) y sont très attachés et le prouvent lors des cérémonies à l'occasion desquelles ils revêtent leur tenue. Aujourd'hui Alexandre, fusilier marin, n'est pas en uniforme d'apparat, mais en « vêtements spéciaux de combat » de tous les jours : une veste et un pantalon en tissu camouflage, des rangers.

« J'ai passé le CAT (Certificat d'aptitude technique) à l'École des fusiliers marins de Lorient. Ensuite, j'ai rejoint durant trois ans la compagnie de Nîmes avant de revenir à Lorient pour un stage commando. À Nîmes, je patrouillais tout en continuant à me former : sept jours par mois, j'effectuais mon service de 20 h à 8 h. Chaque journée de service est suivie par un jour de repos de douze heures, puis par une journée de formation théorique et pratique. »

De nombreux « fus » suivent un cours de maître-chien

Toute la complexité du métier de fusilier marin réside dans l'acquisition des techniques de combat qui requièrent une grande capacité de concentration.

« Une situation dangereuse peut se présenter à tout instant. Et là, il faut savoir réagir ! note Alexandre. Heureusement, nous sommes bien encadrés et travaillons en équipe. En trois ans, j'ai été confronté à trois incidents, dont deux assez sérieux, mais l'apprentissage de certaines techniques nous permet de répondre à chaque situation. L'autre difficulté consiste à se réveiller la nuit toutes les deux heures pour patrouiller, même par grand froid. Il faut tenir le coup physiquement. »

Des conditions rudes qui expliquent peut-être que de nombreux fusiliers marins choisissent de suivre le stage de « Fusilier maître-chien » proposé par l'armée. Le chien devient alors un moyen de tromper sa solitude, mais aussi une aide précieuse. « Travailler avec les chiens est vraiment passionnant », souligne Alexandre.

« Ils nous aident à retrouver des individus, des stupéfiants ou des munitions à l'étranger et nous assistent dans toutes nos missions pointues. » À quand un pompon rouge pour chiens de fusilier méritants ?

Les qualités requises

Une grande résistance physique et mentale doublée d'une excellente capacité d'adaptation restent indispensables pour entrer dans cette carrière. À l'École des fusiliers marins de Lorient, le stage d'évaluation fusilier de cinq jours permet d'apprécier les candidats sur le plan médical, physique et psychologique. Ces conditions doivent donc être remplies par le fusilier marin.

Le métier requiert également beaucoup de rigueur et de vigilance. Il s'agit d'être responsable, mobile et d'aimer le travail en équipe.

Formation

Comment devenir fusilier marin ?

Il vous faudra d’abord passer un concours pour devenir officier marinier. Pour cela, vous devez remplir un certain nombre de conditions : être de nationalité française, savoir nager, être titulaire du bac au minimum, être âgé de plus de 18 ans et moins de 25 ans.

Après réussite au concours, vous pourrez intégrer l'école de Maistrance de Brest, pour y suivre une formation de 18 semaines. Puis, afin de devenir fusilier marin, vous devrez suivre une option de spécialité.

Après celle-ci, vous serez en mesure de rejoindre l’école des fusiliers marins, à Lorient. Pendant 20 semaines, vous serez préparé au métier et vous obtiendrez enfin le BAT (brevet d'aptitude technique). L'engagement initial est de dix ans.

Si vous souhaitez aller plus loin et devenir officier supérieur, vous pourrez, à partir de quatre ans de service, suivre les cours du brevet supérieur de spécialité pendant cinq mois.

Dernière mise à jour : 26 octobre 2015