Présentation

A l'heure de la mondialisation, les échanges se multiplient, les frontières commerciales s'amenuisent et les cultures se rapprochent. Une situation qui incite les organismes internationaux, les sociétés et certains ministères, notamment ceux des Affaires étrangères et de la Défense à faire appel à des professionnels de plus en plus cosmopolites. Bref, les experts internationaux, qu'ils soient spécialisés en commerce, finance, droit ou diplomatie, ont le vent en poupe.

Deux conditions fondamentales à remplir avant de songer à se lancer dans le métier d'expert international : aimer voyager et avoir des dispositions pour les langues étrangères. Un certain sens de l'aventure est également requis. Enfin, une bonne adaptabilité et un sens aigu du relationnel sont des atouts supplémentaires.

Un même vocable pour de multiples spécialités

La désignation "expert international" s'applique à des professionnels exerçant leur activité dans des domaines très divers, comme l'explique Eric, ingénieur commercial en charge des pays de l'Est pour une société de Télécom : « J'ai suivi une formation internationale en école, où nous avions la possibilité de nous orienter vers un panel assez large de métiers. Résultat, mes camarades de promo ont connu des parcours très variés. L'un d'entre eux est devenu chargé de la communication sur les centrales nucléaires, un autre fait de la géopolitique pour l'armée française et d'autres condisciples sont aujourd'hui acheteurs dans de grands groupes. »

En somme, toute administration ou entreprise privée qui souhaite s'ouvrir vers l'étranger doit faire appel à des experts internationaux.

Voyages, négociations et diplomatie

Dans le cadre de son poste d'ingénieur commercial, Eric s'occupe ainsi de gérer les distributeurs chargés de vendre localement les produits de sa société : « Mon travail est assez varié, commente le jeune expert, en début de semaine, j'étais à Moscou ; hier, j'ai passé la journée à lire mes mails et à répondre aux questions de nos collaborateurs, et demain, je repars pour un tour des Balkans afin de briefer d'autres distributeurs et de les former aux demandes des clients locaux concernant nos offres techniques. »

Cet ingénieur commercial partage son temps entre la France et l'étranger et se doit donc de connaître parfaitement la langue, mais également les us et coutumes de la zone géographique sur laquelle il travaille.

Quelle que soit la spécialisation choisie : « L'idéal consiste à parler trois langues vivantes en dehors du français », confie Eric. « J'ai choisi l'anglais, l'espagnol et le russe mais des notions de japonais sont aujourd'hui très recherchées. Et il faut aussi savoir que si les pays de l'Est ne font pas spontanément rêver les jeunes diplômés, il y a énormément de choses en mouvement là-bas. »

Formation

Comment devenir expert international ?

En école

Les voies menant à la carrière d'expert international sont aussi variées que les domaines de compétence que couvre la profession. Vous pourrez ainsi intégrer une école formant aux relations internationales, une école d'ingénieurs ou une école de commerce avec des options "international" selon le métier visé. Une bonne sensibilisation aux cultures et aux langues constitue bien sûr un atout décisif lors des concours d'entrée.

A la fac

Un cursus universitaire peut également ouvrir les portes de la profession, à condition d'être concentré dès la première année sur une zone géographique déterminée et d'avoir mis l'accent très tôt sur les langues vivantes. Pour cela, une licence en LEA (langues étrangères appliquées) est une bonne option : elle allie apprentissage de plusieurs langues et notions commerciales, économiques, juridiques... La poursuite jusqu'en master 2 est indispensable.

En chiffres

2 500

En fonction de sa spécialité et de l'entreprise pour laquelle il travaille, l'expert international gagne environ 2 500 € bruts par mois.