Présentation

L'éleveur de chevaux est la personne qui s'occupe des équidés - chevaux, ânes, mules,... -, que ce soit dans un élevage, un haras, ou une écurie de courses. Il prend soin d'un troupeau ou d'un élevage au quotidien, en veillant à la santé des animaux. C'est lui qui prodigue ainsi les soins élémentaires en matière de santé. En cas de soucis médicaux plus graves, il appelle le vétérinaire, mais il doit être capable de soigner certaines blessures ou d'appliquer un traitement antiparasitaire, par exemple.

C'est également à ce professionnel qu'incombe parfois le choix des reproducteurs, étalons ou poulinières, s'il est éleveur naisseur. Il doit pour cela posséder de bonnes connaissances en matière de biologie animale. Au-delà de cet aspect, l'éleveur nourrit les chevaux et les nettoie bien entendu. Si les animaux sont destinés à des concours hippiques, il s'occupe également de soigner leur apparence. Enfin, l'éleveur s'occupe aussi de l'entretien des locaux, des pâturages, et se doit d'être un bon gestionnaire, car un élevage est une véritable entreprise.

Un métier contraignant

L'éleveur participe à la vie de l'élevage. Il doit sans cesse veiller au bon fonctionnement de son entreprise, ainsi qu'à l'état de santé et de beauté de ses animaux. Il ne doit pas seulement gérer des chevaux, mais également veiller au bon état de son élevage, et ne coupe pas au travail administratif. Pour cela, il lui faut donc de bonnes bases en agriculture, en agronomie, mais aussi en informatique, en comptabilité,... De plus, le volume horaire dépend des animaux.

Formation

Comment devenir éleveur de chevaux ?

Avec le bac

Il faut s'orienter assez rapidement si l'on décide de devenir éleveur de chevaux. Il est en effet conseillé de faire une 4ème et une 3ème de l'enseignement agricole, puis de continuer avec une seconde pro élevage.

Après un bac professionnel conduite et gestion de l’exploitation agricole (CGEA), option systèmes à dominante élevage, il est alors possible de faire un BTSA production animale. Ce cursus est un diplôme professionnel qui permet d'entrer directement dans la vie active.|Pour se lancer dans le métier d’éleveur de chevaux, il est nécessaire de s’orienter relativement tôt dans des études spécialisées. Il est en effet vivement conseillé de commencer par une 4ème, une 3ème de l’enseignement agricole, une seconde professionnelle élevage puis un bac pro CGEA (conduite et gestion de l’exploitation agricole) et un BTSA production animale. A partir de là, deux possibilités se présentent : se lancer dans la vie active ou consolider son parcours scolaire…

Après le bac

Les titulaires de ce diplôme peuvent décider de poursuivre leurs études, car il donne accès à certaines écoles d'ingénieurs - privées ou publiques -, plusieurs licences professionnelles... Mais attention : pour se former, un niveau d'équitation est souvent requis. Celui-ci doit être atteint par l'élève, qui doit alors faire de l'équitation en club, en activité de loisirs. A noter que les exploitations doivent être signalées auprès de l'administration compétente de la région dans laquelle elle se situe.

Témoignage

Bernard Lepeix, éleveur naisseur de chevaux de Camargue à Commentry (03)

J'ai commencé mon activité il y a 20 ans. Mon père était agriculteur, alors j'ai voulu devenir éleveur de chevaux. J'avais  une passion pour l'animal. Au début, je faisais ça en tant qu'amateur. Puis, je suis passé professionnel. C'est tout un métier : on devient véritablement chef d'entreprise. J'aime le contact avec l'animal : le nourrir, le soigner... Mais il faut s'y tenir, et parfois le plaisir devient une corvée… De plus, je suis éleveur naisseur, c'est-à-dire que je m'occupe de la reproduction. Je me suis spécialisé dans les races menacées, c'est-à-dire les races où il y a moins de 1 000 naissances de poulains par an, en France. Je touche ainsi une prime par jument, qui s'élève à 151 euros.