Présentation

Chaque individu a des besoins nutritionnels spécifiques déterminés par son âge, son sexe et sa situation physiologique. Le travail du diététicien consiste à définir pour chacun quel sera le meilleur régime à suivre.

Le diététicien a pour mission de préconiser un programme alimentaire pour préserver ou améliorer la santé de ses patients, sains ou malades. Ce régime comporte parfois des restrictions ou des interdits (sel, sucre,...). Le diététicien doit donc faire preuve de pédagogie et de tact pour changer les habitudes en douceur. Il travaille souvent en équipe, avec le personnel soignant ou de service, et des médecins, un bon sens de la communication lui étant nécessaire pour assurer une excellente transmission des informations à tous.

Le métier de diététicien

Véritable éducateur alimentaire, le diététicien nous apprend à manger mieux. Il peut intervenir dans les collectivités où il assure un rôle préventif. A l'hôpital, il rencontre des malades devant surveiller leur alimentation.

"Chaque jour, je passe dans les chambres pour décider avec chaque patient de la composition de ses repas, explique Olivier. Je lui donne le choix entre plusieurs plats compatibles avec son programme alimentaire. Je n'impose pas le menu."

Attentif à l'équilibre des repas distribués, le diététicien veille aussi à l'hygiène. Dans un service de restauration collective, il peut à tout moment envoyer un échantillon des plats servis au laboratoire pour vérifier l'absence de germes. Ces analyses lui permettent de savoir si la chaîne du froid ou du chaud a bien été respectée et si la nourriture est propre à la consommation. Les règles, très strictes, de température et de conditionnement sont répertoriées dans le HACCP (le système des points de contrôle critiques pour l'analyse des risques).

Mieux vaut prévenir que guérir

En spécialiste de la nutrition, le diététicien remplit également un rôle préventif et informatif. “Quand je rencontre un patient, je discute avec lui de ses habitudes, raconte Olivier. Je repère ses erreurs et procède au rééquilibrage de son alimentation. Je ne parle pas de régime, ce mot à une connotation trop restrictive. D'ailleurs, le plus souvent, les gens ont l'impression de manger autant, voire plus, qu'avant. En fait, ils se nourrissent de façon plus complète, cela évite les frustrations."

De nombreuses maladies sont dues à une mauvaise alimentation. Le diabète, l'obésité, les problèmes cardiovasculaires sont les plus connues, mais les excès et les déséquilibres nutritionnels sont également en cause dans les cancers du système digestif.

"Toutes ces affections sont bien traitées quand elles sont prises à temps mais il est quand même préférable de les éviter. Je ne me substitue pas au médecin, rappelle Olivier, mais j'apporte une aide. Au cours de mes rencontres, je constate que la population s'alimente de plus en plus mal, et avec des aliments préfabriqués. J'essaie donc d'inciter les gens à consommer des produits naturels en prenant le temps de cuisiner. C'est toujours meilleur."

Formation

Comment devenir diététicien ?

Après le bac

Pour devenir diététicien, il existe deux diplômes fondamentaux : le BTS Diététique et le DUT Génie biologique option diététique. Ce dernier, plus théorique, facilite la poursuite des études.

Ces formations sont accessibles dans moins d’une quarantaine d’établissements et la sélection est très sévère. Ces filières recrutent majoritairement les titulaires d’un bac S, STL spécialité biochimie. Les bacheliers issus d'un bac SMS ont également leur chance mais rencontrent plus de difficultés durant leur cursus.

Après un bac+2

Après votre BTS ou votre DUT, vous pouvez poursuivre en préparant une formation complémentaire ou un diplôme universitaire, en un an en général, pour vous perfectionner dans un domaine précis. Vous pouvez opter pour un cursus axé sur le conseil en qualité et en gestion nutritionnelle, le management de la qualité et de la sécurité alimentaire, le sport et la nutrition ou l’éducation de la santé entre autres.

Les licences professionnelles offrent également un choix de spécialisation : alimentation et santé, sécurité alimentaire, par exemple. D’autre part, les LP Management des produits frais et Gestion de la qualité des produits apportent des connaissances très utiles pour travailler dans le domaine de l’agroalimentaire.

Dernière mise à jour : 21 avril 2015

Témoignage

Publi-communiqué : Géraldine CHAILAN – BTS Diététique Horizon Santé - 2007

Pourquoi aviez-vous choisi Horizon Santé ?

« Pour son fort pourcentage de réussite aux BTS diététique, ce qui sous entendait un enseignement de qualité ».

Que vous a apporté Horizon Santé ?

« De nombreuses connaissances très intéressantes. Une très grande rigueur dans le travail, une autre vision de l’alimentation (Équilibre alimentaire +++), et de la confiance en soi ».

Quel souvenir en gardez-vous ?

« Avec le recul, un excellent souvenir et surtout une très grande fierté d’avoir été capable de travailler autant pendant 2 années. Sur le moment c’était dur mais ce rythme de travail a été facilité par les nombreux encouragements des professeurs».

Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Est-ce que cela correspond à ce que vous envisagiez ?

« Je travaille en restauration collective mais plus en tant que diététicienne. Je suis responsable Régie, cela me plait et me permet de découvrir un autre domaine. Je fais ponctuellement quelques missions en diététique (audit en cuisine, commission des menus) ».

Que diriez-vous aux futures générations ?

« Pour moi, une des clés de la réussite est d’être conscient dès le départ que ces 2 années passées en BTS diététique seront 2 années durant lesquelles ils faudra avoir 1 rythme de travail soutenu et surtout régulier. Une fois que l’on a intégré cela, il n’y a plus qu’à suivre les conseils des professeurs qui connaissent parfaitement les exigences requises à l’examen et nous permettent ainsi d’adapter les bonnes méthodes de travail et de cibler l’essentiel».