Présentation

Assurer la conception et la mise au point de produits novateurs. Telle est la mission du chef de projet innovant. Un métier qui demande une imagination très fertile.

Le chef de projet innovant remplit les mêmes tâches qu'un chef de projet classique mais dans un contexte de création perpétuelle. Il assure chaque étape de la conception d'un projet innovant.

Canaliser ses idées

Élaborer un projet demande du temps et de la réflexion. « Mon premier principe consiste à toujours donner une chance aux idées, précise Damien, chef de projet innovant. Au sein de mon équipe, j'invite mes collaborateurs à partager leurs réflexions et à prendre des initiatives pour nous aider à progresser. Toutefois, le plus compliqué pour moi n'est pas de trouver des idées, mais de canaliser mon énergie pour aboutir à un projet réellement cohérent », explique-t-il.

En effet, une nouveauté, quelle qu'elle soit, reste malgré tout un produit commercial qui doit correspondre à une attente ou à un besoin du public.

« J'ai mis sur pied un vrai système de veille, avoue Damien. Je collecte des informations à travers des conférences, des séminaires, la presse, les discussions avec les clients ou mon équipe... Cette démarche me permet de trier les idées farfelues des autres. En fait, pour réussir, j'essaie de conserver une approche structurée de l'innovation. J'use d'une rigueur quasiment méthodique pour identifier les éléments d'innovation que comportent mes projets. Ensuite, je recherche les applications utiles pour mes clients », ajoute-t-il.

Créer le consensus

Le projet élaboré, reste encore à le vendre. Le chef de projet remplit alors les fonctions habituelles de sa profession, telle la rédaction du cahier des charges, la planification des délais, la résolution des contraintes techniques et... la recherche du budget.

« Pour obtenir les financements nécessaires, je me base souvent sur des maquettes, explique Damien. Ce genre de présentation, plus concrète qu'un plan ou un beau discours, permet de motiver les investisseurs », argue-t-il.

La tâche est parfois difficile, les différentes entreprises n'ayant pas la même position sur ce terrain. Certaines, très engagées dans les nouvelles technologies, y consacrent un budget particulier. D'autres, plus frileuses ou simplement moins habituées, se révèlent plus difficiles à convaincre. La collecte de fonds exige donc une grande force de persuasion et une aptitude certaine à mobiliser les gens. Présenter ses projets aux clients permet également d'observer leurs réactions et de recueillir leurs remarques.

« Mes projets sont un peu comme mes bébés, reconnaît Damien. Ils sont l'expression d'un important investissement personnel et j'ai envie de créer un véritable consensus autour d'eux. Mais me confronter à la réalité, aux clients et à mon entourage me permet aussi de prendre du recul et de conserver mon objectivité. Les réactions et les remarques recueillies m'obligent à améliorer sans cesse mes créations », détaille-t-il.

Des qualités essentielles

Le chef de projet innovant est avant tout un meneur d'équipe, capable de fédérer autour de ses idées. Il sait accepter la critique et se remettre en question pour conserver une vision objective.

Curiosité et ingéniosité l'aident également à analyser les besoins, puis à proposer des solutions. Enfin, rigueur et persévérance restent des atouts majeurs pour concrétiser les idées issues de son imagination fertile.

Formation

Comment devenir chef de projet innovant ?

Pour exercer la profession de chef de projet innovant, un bac +5 est primordial. Ce métier nécessite également quelques années d'expérience professionnelle.

Après un bac scientifique ou technologique, l'étudiant peut effectuer tout son cursus au sein d'une école d'ingénieurs ou dans une école spécialisée. Ces établissements proposent des formations accessibles dès l'obtention du baccalauréat, jusqu'au bac +5.

Mais il est aussi possible de débuter son parcours avec un DUT ou un BTS dans le domaine de l'informatique. Ces cursus forment des étudiants capables de participer au développement de projets et aptes à répondre aux besoins exprimés par les utilisateurs.

Après deux ans de formation, l'étudiant peut faire le choix de s'inscire en école d'ingénieurs ou de continuer sa formation par une licence professionnelle spécialisée dans les systèmes informatiques et logiciels. Cette licence permet ainsi d'obtenir un diplôme de niveau bac +3.

Par la suite, un master spécialisé en informatique permet de finaliser sa formation et de valider un bac +5.