Présentation

Sans le chargé de production, documentaires, téléfilms et autres primes times auraient bien du mal à voir le jour. Placé au centre du tournage, il doit avoir un profil très complet. Il assure en effet la bonne circulation de l'information, sélectionne et embauche les techniciens, s'occupe de l'administratif, coordonne les équipes, organise la logistique, décroche les autorisations de tournage, gère le budget...

"Il faut savoir se débrouiller car on touche à tout. Par exemple, quand on organise une interview d'artiste, je dois embaucher des techniciens intermittents, gérer la location et la mise en place du matériel, et coordonner tous les acteurs du tournage. Ensuite j'appelle un ingénieur son et un monteur pour "monter" le sujet. Puis j'envoie les fichiers numériques en diffusion", explique Christina Fontes, chargée de production chez MTV, après avoir effectué un stage de trois semaines et passé un diplôme d'IUP des métiers des Arts et de la Culture.

Organiser de A à Z le jour J

A quelques jours du tournage d'une émission télévisée, d'un téléfilm ou d'un documentaire, les journées deviennent de plus en plus chargées et la pression commencent à monter sérieusement : il faut que tout soit prêt à temps! Le chargé de production s'active.

Sa mission ? Tout organiser de A à Z pour le jour J. "Je dois gérer les contrats des accessoiristes, maquilleurs, cadreurs, réalisateurs. Établir les plannings, rédiger les convocations. Je rédige aussi les bons de commande pour les fournisseurs et les notes de frais. Le directeur de production m'alloue un certain budget que je ne dois pas dépasser", explique Emmanuel Matt, chargé de production à la télévision et rédacteur du blog Média, un autre regard.

Premier arrivé, dernier parti

Le jour du tournage, le chargé de production arrive le premier et part le dernier. Il est partout et court dans tous les sens. Rien ne lui échappe : "Il est la personne vers qui tout le monde se tourne à chaque souci ou à chaque questions. Avec le directeur de production, il est au centre du tournage. C'est lui qui vérifie la bonne marche des choses et qui doit trouver des solutions en cas d'imprévus".

Il étudie la faisabilité du projet, en passant au crible le devis pour le compte de l'administrateur de production. Si ce dernier l'accepte, le chargé de production contacte la société de production pour négocier les modalités juridiques et financières de l'achat du produit. Organisé, dynamique, diplomate, le chargé de production peut être employé par une chaine de télévision ou par une société de production.

Formation

Il n'existe pas de voie royale pour devenir chargé de production TV. Le BTS métiers de l’audiovisuel, option gestion de production, ouvert aux bacheliers, permet ainsi, en deux ans, d’accéder à des postes d’assistant de production.

Après un bac+4, quelques masters professionnels mènent, eux aussi, aux métiers de la production. Pour les intégrer, un parcours dans le domaine des Arts et du cinéma est souvent requis.

Du côté des écoles spécialisées, il existe des cursus en 3 ou 4 ans. Le recrutement se fait post-bac pour quelques-unes, mais la plupart exigent un bac+2. A l’entrée, la sélection est sévère, sur concours ou sur dossier.

Quelle que soit la voie choisie, les compétences techniques ne sont rien sans un solide réseau de contacts. Durant toute la formation, il convient donc de multiplier les stages sur les plateaux, et ne jamais oublier de se construire un bon carnet d'adresses car il n'y a pas de petites annonces pour ce métier...

Dernière mise à jour : 20 avril 2015

Témoignage

Yann, chargé de production à la télévision

J’ai commencé par faire une école de journalisme et puis on m’a proposé un stage en tant qu’assistant de production à la télévision. J’ai tout de suite adoré ce métier. L’ambiance est géniale. Avant, pendant et même après le tournage. Je suis plutôt hyperactif, c’est un métier qui me convient parfaitement. Ça bouge beaucoup, j’ai des responsabilités et j’ai un très bon relationnel. Je m’occupe principalement d’une émission musicale hebdomadaire sur une chaîne du câble.

Il faut avoir des notions de droit, savoir négocier des contrats, être capable de diriger une équipe. C’est un métier passionnant dans lequel on découvre les coulisses de la télévision : ce qu’on voit sur le petit écran n’est que le sommet de l’iceberg. Derrière, il y a un travail de folie. D’ailleurs, je n’ai plus tellement de vie sociale depuis que j’ai pris ce poste. Je suis peut-être marié à mon boulot mais je l’aime donc tout va bien".