Présentation

L'analyste financier est un spécialiste du placement en bourse. Il étudie des sociétés cotées en bourse, le comportement des banques et la presse économique.

Ce professionnel joue un rôle de plus en plus important dans la nouvelle économie : c'est à lui que revient la lourde tâche d'évaluer le potentiel de développement d'une entreprise ou d'un secteur de l'économie pour aider les investisseurs à faire les bons choix.

Prévoir et conseiller

Aujourd'hui, les investisseurs font plus que jamais appel à des analystes qui prévoient l'évolution de la rentabilité des marchés ou des sociétés en étudiant tous leurs paramètres financiers. Lors de cette première phase dite d'analyse fondamentale, l'analyste financier dissèque ainsi les bénéfices, les perspectives de croissance, mais également le rendement ou encore les méthodes de gestion de l'entreprise afin de la resituer dans un environnement économique et social.

Ensuite, son rôle consiste à déterminer la valeur de l'action de l'entreprise pour la comparer avec son cours en Bourse. Lors de cette phase appelée analyse technique, il doit étudier les variations de valeur et de volume des transactions.

« Le but de son travail, résume Caroline Millot, ancienne analyste financier aujourd'hui directrice mondiale des relations investisseurs dans le groupe l'Oréal, consiste à conseiller d'acheter ou de vendre et d'expliquer pourquoi à ses clients dans une note de synthèse. »

Un métier aux multiples facettes

La profession d'analyste financier exige la plus grande rigueur, alliée à une bonne aptitude à synthétiser et à anticiper. Outre ces facultés, une réelle curiosité d'esprit et une grande capacité d'écoute sont indispensables. Vous devrez aussi avoir les nerfs solides car le challenge est quotidien dans le monde de la finance. En sens commercial développé et un anglais courant se révèlent essentiels. Des connaissances économiques et financières associées à une bonne culture générale permettant d'appréhender l'entreprise sous tous ses angles.

La mondialisation des échanges a conduit les analystes à se spécialiser dans des domaines très ciblés. Mais qu'il conseille sur le luxe ou internet, l'analyste financier travaille dans des contextes différents selon son employeur. Ainsi, l'analyste "sell-side" travaille à côté des salles de marché et rédige des études destinées à prévoir l'évolution des bénéfices des sociétés dans son secteur attitré.

Il émet des recommandations d'achat et de vente et peut être amené à conseiller à chaud les traders qui interviennent sur les marchés financiers.

Pour sa part, l'analyste buy-side œuvre du côté des investisseurs qu'il incite ou non à effectuer tel ou tel placement. On le retrouve majoritairement en banque. Enfin, l'analyste corporate travaille au sein des banques d'affaires ou des sociétés spécialisées dans le capital-risque, où son rôle consiste à évaluer la valeur d'une entreprise en vue d'une fusion, d'un rachat ou d'une vente. Dans tous les cas, l'analyste financier exerce une activité très intense, soumise à de véritables pics de stress.

Formation

Comment devenir analyste financier ?

Pour accéder à cette profession, un diplôme de niveau bac +5 est nécessaire, ainsi que d'importantes connaissances en finance. Les profils privilégiés par les recruteurs sont les diplômés d'écoles de commerce, d'écoles d'ingénieurs ou ceux sortant d'un Institut d'études politiques (IEP).

Du côté de l'université, les diplômés d'un master en banque et finance sont également appréciés par les recruteurs. De même, certains mastères spécialisés (MS) dans le domaine de la banque, de l'analyse financière ou de la finance internationale mènent à cette profession.

Dernière mise à jour : 7 octobre 2015

Témoignage

Mireille, analyste fusion-acquisition :

"Ma mission est de conseiller les entreprises dans la réalisation d'opérations financières complexes, telles qu'une acquisition, une cession ou une fusion-acquisition. Pour cela, il est nécessaire de bien appréhender le dossier sous tous ses aspects, aussi bien économique, comptable, financier et sectoriel.

C'est un véritable travail de fond, très prenant et vraiment passionnant. Je dois en effet défendre des sociétés comme si je les dirigeais, alors que je ne connais pas forcément tous ses secteurs d'activité, ses métiers ou ses modes de fabrication… D'où l'importance de faire preuve d'une grande curiosité, d'être persévérant, rigoureux et organisé !"