Présentation

L'agriculteur biologique est un exploitant qui assure la totalité de sa production sans aucun produit chimique.

Selon l'Agence Bio, plus de 32 000 producteurs étaient engagés dans l'agriculture biologique en 2016. Un chiffre en augmentation tous les ans (+12 % par rapport à 2015). A la différence des agriculteurs classiques, ces professionnels n'utilisent aucun produit chimique. Qu'ils soient cultivateurs de fruits, de légumes, éleveurs de bétail ou producteur de céréales, leur seul objectif est de parvenir à produire des aliments de qualité en ayant le respect de l'environnement.

Lorsqu'il reprend les vignes de son grand-père après son bac professionnel, Jean-Christophe Bourbon réduit aussitôt l'utilisation des produits chimiques. En 2000, il franchit une étape supplémentaire en se convertissant à l'agriculture biologique. Après trois ans de travail émérite, il obtient la labellisation "bio" pour la conformité et la qualité de sa production de Beaujolais.

L'agriculture bio représente, en 2016, plus d'1,5 million d'hectares de terres certifiés ou en conversion. Cette statistique elle aussi est en constante augmentation. Les agriculteurs bio sont essentiels au secteur agricole, car ils permettent de le repenser et de de compenser les départs à la retraite.

Des vins qui reflètent le terroir

Jean-Christophe ne se contente plus de cultiver sa vigne composée des cépages Gamay et Chardonnay. Il vinifie lui-même son vin. Fini donc le recours à la coopérative ! « J'ai ainsi réduit les rendements. Pour la fermentation, je travaille avec des levures indigènes, qui sont naturellement présentes sur le raisin, et non avec des levures sélectionnées et commercialisées par les laboratoires. En conséquence, j'obtiens des vins qui reflètent véritablement le terroir. »

Jean-Christophe commercialise également sa production. Il s'est lancé dans l'exportation et la vente directe de vins vers l'Allemagne ou le Japon pour satisfaire une clientèle internationale toujours plus amatrice de beaujolais bio !

Une agriculture à la pointe

Olivier Desmaret coiffe également la casquette d'agriculteur biologique. Depuis janvier 2007, cet ingénieur exploite une ferme située en Picardie. Il consacre l'essentiel de son activité à l'élevage de vaches allaitantes et à la polyculture : blé pour la production de farine et de pain ; céréales et protéagineux destinés à l'alimentation animale. Toute son exploitation est placée sous la bannière "agriculture biologique".

Concrètement, il n'utilise pas de produits chimiques : les animaux mangent donc bio. Et les soins vétérinaires, 100 % naturels, reposent sur la médecine alternative comme la phytothérapie et l'aromathérapie.

« Une telle agriculture se base sur l'utilisation de savoir-faire anciens et d'outils mécaniques. S'y ajoute l'agronomie, avec la rotation des cultures et un calendrier des semis spécifique : plus on sème le blé tard, plus on réduit le développement des maladies et des mauvaises herbes », atteste-t-il.

Formation

Comment devenir agriculteur bio ?

Pour devenir agriculteur biologique, la première étape est de s'orienter vers un bac professionnel conduite et gestion de l'exploitation agricole ou vers un brevet professionnel (BP) responsable d'exploitation agricole.

Par la suite, les diplômés peuvent intégrer un BTSA Analyse et conduite de systèmes d'exploitations. L'idéal pour se spécialiser dans l'agriculture biologique est de s'orienter, après le bac +2, vers une licence professionnelle Agriculture biologique : conseil et développement.

Mais d'autres parcours sont possibles, depuis quelques années, des établissements privés spécialisés dans l'agriculture ou dans l'agronomie se sont créés. Ils proposent des diplômes de niveau bac +2 à bac +5.

En chiffres

1 500

Le salaire de l'agriculteur bio varie beaucoup en fonction de la taille de son exploitation. Sa rémunération peut aller de 1 000 à 2 500 euros nets par mois.

Un ouvrier agricole bio débutant est rémunéré au smic (1498 € bruts par mois en 2018).