Présentation

Découvrez ce métier avec : CEFAM

Négociateur, observateur et créatif, l'acheteur international représente la fiabilité de l'entreprise. Le rapport qualité/prix est son principal objectif : il doit être capable d'associer plusieurs matières premières au meilleur coût possible.

De la sélection à la négociation

Sa mission consiste à prospecter des fournisseurs à l'étranger afin de trouver son produit au meilleur rapport qualité/prix. « En tant qu'acheteur international, je dois définir une stratégie d'achat en accord avec mes coordinateurs de famille et ma direction achat afin d'avoir un panel de fournisseurs réduit, cohérent et coordonné au niveau de l'Europe. Je dois également avoir une vision stratégique afin d'éviter toute situation de monopole », précise Guirec.

<p></p>

<hr class="nativeads" />
<p></p>
 

Avant la négociation finale, plusieurs étapes sont nécessaires : « Avant de démarrer un projet, explique l'acheteur, on recherche des fournisseurs. Une fois que l'on a trouvé les personnes, on leur demande une quotation ou on organise des enchères inversées par Internet. A la suite de quoi, on retient bien souvent deux fournisseurs auxquels on demande de la matière test. Parallèlement, on fixe un planning avec les services recherche et développement, et qualité. Je fais tester la matière sur notre produit, puis une fois cette étape validée, je lance la négociation.» C'est lors de cette dernière que tout se joue, le but étant de faire baisser les tarifs en lien avec le volume demandé, les délais de paiement et la qualité requise. « Mais selon nos impératifs, souligne Guirec, il peut parfois être plus intéressant pour nous de négocier un bon délai plutôt qu'un bon prix.»

De nombreux déplacements à l'étranger

C'est au service achat, et plus particulièrement aux acheteurs internationaux, que revient la difficile tâche de courir les continents pour dénicher les meilleures marchandises aux plus bas prix. Les acheteurs internationaux peuvent travailler dans la distribution (en centrale d'achat par exemple), dans l'industrie, voire même dans le service public. Ce sont les acheteurs industriels qui sont les plus nombreux.

Qui dit international dit nombreux déplacements à l'étranger : « Mes déplacements dépendent des projets développés ou des problèmes de production, approvisionnement ou packaging rencontrés. J'effectue en moyenne entre deux et dix déplacements à l'étranger par mois.» Mais lorsqu'il reste sur le site, l'acheteur n'en a pas moins un emploi du temps bien chargé et des journées de travail qui s'étirent en longueur.

Des atouts incontournables

Pour travailler à l’international, la maîtrise de l’anglais est le minimum requis, et la pratique d’une seconde langue est souvent souhaitable.

L’acheteur doit parfaitement connaître les caractéristiques de ses produits et se tenir au courant de l’évolution des technologies. La maîtrise des chiffres lui sera précieuse pour négocier les prix et les délais de paiement. De bonnes connaissances juridiques sont indispensables pour gérer les contrats. Sur le plan humain, des qualités relationnelles et une certaine force de persuasion ne sont pas de trop.

Formation

Découvrez la formation avec : CEFAM

Comment devenir acheteur international ?

Le niveau bac+4 ou bac+5 est le plus souvent demandé pour un acheteur débutant. A l'université ou en école spécialisée, les étudiants ont plusieurs parcours possibles.

Avant le bac

Bien que destiné à vous lancer rapidement sur le marché du travail, vous pouvez malgré tout commencer votre cursus supérieur avec un BTS ou un DUT, qui vous offriront les meilleures armes pour rebondir et vous spécialiser. Pour travailler à l’international, le BTS Commerce international est le diplôme le plus approprié.

Après un bac+2

Plusieurs voies sont envisageables après un bac+1/2. Les instituts universitaires professionnalisés (IUP), tout d’abord offrent une formation professionnalisée répartie sur trois ans. Ils délivrent une maîtrise (bac+4). Également professionnalisée mais en deux ans après un bac +2, le Master Commerce International est dispensé dans une dizaine d’universités. Les futurs acheteurs internationaux peuvent également se spécialiser en bac+3 par l'intermédiaire d'une licence professionnelle en commerce ou en gestion des achats.

Les écoles de commerce et d'ingénieurs sont également à privilégier.

Après un bac +4

C’est à ce niveau que vous aurez l’occasion de véritablement vous spécialiser. A l’université comme dans des écoles de commerce, vous pouvez suivre un master professionnel orienté achat

La validation du test d'anglais, le Toefl, est indispensable.

En chiffres

2 500

Un acheteur international gagne environ 2 500 € bruts par mois. Le salaire varie selon l'entreprise et l'expérience et peut atteindre plus de 6 000 € bruts par mois.

Visitez le site de CEFAM