Xavier Burckel, étudiant au sein de l'école d'informatique EPITA, a décidé de réaliser un job d'été à Philadelphie, aux Etats-Unis. Retour sur son expérience.

Entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline, à Philadelphie (Etats-Unis). Entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline, à Philadelphie (Etats-Unis).
L'entreprise GlaxoSmithKline,
à Philadelphie (Etats-Unis)

Grâce à sa tante qui réside aux Etats-Unis depuis quelques années, Xavier Burckel a décroché un job d'été dans le domaine informatique au sein du géant pharmaceutique GlaxoSmithKline, à Philadelphie.

"Mon job d'été s'est déroulé en juillet et août. Ma mission consistait à réaliser un programme de visualisation des données sur le site web", raconte Xavier, étudiant au sein de l'école informatique EPITA.

Il partage ainsi son bureau avec trois autres personnes, et fait les allers-retours entre le laboratoire et la maison de sa tante en vélo. "Au début, j'ai éprouvé quelques difficultés, concernant le script notamment... Mais on m'a bien aidé, et mon maître de stage a multiplié les conseils", se remémore le jeune homme. "Une autre difficulté éprouvée a été que je ne trouvais pas mon chemin", sourit-il aujourd'hui.

"Améliorer mon anglais"

Pour autant, Xavier se met très rapidement dans le rythme, et s'intègre parfaitement au sein des équipes. À tel point qu'il est même convié au pot de départ de salariés ayant plusieurs dizaines d'années d'ancienneté dans le groupe.

"Ce job d'été s'est vraiment très bien passé, et m'a permis d'apprendre beaucoup, d'améliorer mon anglais, mais également d'évoluer dans une grande firme mondiale, ce qui est toujours intéressant, surtout sur le curriculum vitae... D'autant que je n'avais jamais vraiment travaillé dans une entreprise", explique le jeune homme, avec recul.

Avant d'ajouter : "Ce job d'été m'a aussi appris le fonctionnement d'une entreprise et de la hiérarchie. Mais également la possibilité qu'à partir d'un premier travail, il est vraiment possible d'évoluer. La preuve : mon maître se stage a débuté en tant que chercheur-chimiste et a évolué jusqu'à travailler dans l'informatique, certes, mais toujours en lien avec la chimie."

"Un bilan pleinement positif"

Ce job d'été a également été l'occasion, pour Xavier, de doutes passagers. "Au début, par exemple, je pensais vraiment que ça n'allait pas marcher. Mais je suis la preuve vivante qu'on peut y arriver ! D'ailleurs, le groupe GlaxoSmithKline m'a proposé de revenir l'été prochain... mais je pense aller dans une autre société, en France ou en Europe, et peut-être revenir dans deux ans", explique l'étudiant qui tire "un bilan pleinement positif de cette expérience à l'international !"