L’école informatique 42 a été mise en demeure par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) pour ne pas assez respecter la protection des données personnelles de ses 800 étudiants. 

Dans un communiqué paru le 30 octobre, la Cnil rappelle annonce avoir constaté au cours d’un contrôle, en février 2018, que « des caméras filmaient en permanence les espaces de travail des étudiants, les bureaux dédiés au personnel administratifs ainsi que les lieux de vie telle que la cafétéria. En outre, les personnes filmées n’étaient pas correctement informées. »

L’école créée en 2013 par Xavier Niel a également mis en place une application permettant aux étudiants d’avoir un accès permanent aux images de vidéosurveillance. Selon l’association 42 cette application « permet aux étudiants de retrouver leurs camarades au sein de l’école » et « le choix de leur ouvrir l’accès aux images permet de les rassurer sur ce que visualisent les caméras ».

Données personnelles

Autre comportement pointé par la Cnil : des commentaires laissés dans la base de données des profils des étudiants, qui donnent parfois des informations sur la santé ou la vie personnelle des étudiants. La Cnil donne un exemple de commentaire édifiant : « Il a enfin été diagnostiqué de plusieurs maladies graves (…).Entre le procès avec son ancien employeur, (…) et sa dépression, [l’étudiant] n’a pas du tout pu se consacrer à 42, il a à nouveau rechuté dans la dépression, sa mère a eu un cancer juste avant sa rentrée. »

La Cnil juge que l’utilisation de ces commentaires « apparaît disproportionnée au regard de la finalité du traitement, en l’espèce, la gestion pédagogique de l’étudiant ».
Conséquence : la Cnil a mis en demeure l’association 42, qui gère l’école, de « redimensionner son système de vidéosurveillance en cessant de filmer en permanence les salles de cours et lieux de vie » dans un délai de deux mois. La Cnil a également demandé à l’association « de fournir une information complète et immédiate à toute personne susceptible d’être filmée par le dispositif ».

Sophie Viger, directrice de l’école 42, a indiqué à franceinfo que l’établissement va se mettre en conformité avec la loi.