Selon une information du site internet Le Monde, le ministère de l'Enseignement supérieur envisagerait de mettre fin à la gratuité des classe préparatoires. En effet, aucun droit de scolarité n'est pour le moment demandé aux étudiants...

La prestigieuse formation de deux ans permettant d'accéder aux grandes écoles les plus reconnues pourrait bien devenir payante ! C'est ce que révèle aujourd'hui le site internet du journal Le Monde, qui rapporte les confidences de sources proches du ministère de l'Enseignement supérieur. "C'est une piste à étudier [...] Elle le sera sans doute en début d'année prochaine", précise celle-ci.

Un vivier à exploiter

Cette réflexion est sans doute partie du constat suivant : un étudiant s'inscrivant en licence à l'université doit débourser 181 euros de frais d'inscription, tandis qu'un élève de classe prépa ne paye rien, puisqu'il étudie au sein d'un lycée public. Seulement, ce sont plutôt les étudiants de classes préparatoires qui raflent les places des grandes écoles les plus renommées...

Bien sûr, il existe quelques exceptions, comme les prépas littéraires, où les élèves doivent eux aussi s'acquitter de frais d'inscription. Mais, ces sections ne représentent qu'une petite partie des effectifs des classes prépa, et le vivier se trouve surtout dans les filières économiques et scientifiques. Or, toujours selon le journal Le Monde, dans ces classes dites encore aujourd'hui "élitistes", 51% des élèves sont des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, contre 30,6% à l'université. Les boursiers ne représentent, de leur côté, qu'un quart de la population en classe préparatoire : il reste donc une grande partie de candidats qui pourraient s'acquitter d'une centaine d'euros de frais de scolarité.

Entre équité et économies budgétaires

Selon les mêmes sources proches du ministère, ce serait par souci d'"équité" que les élèves de ces classes prépas devraient payer eux aussi des frais de scolarité. "Il faut que toute personne entrant dans le post-bac se trouve dans la même situation", explique-t-elle. En effet, selon le site du Monde, l'Etat dépenserait 15 240 euros pour un élève de prépa, contre 10 180 euros pour un étudiant en IUT ou à l'université.

Si cette mesure est mise en place, l'Etat pourrait réaliser un peu plus de 9 millions d'euros d'économies. De plus, si cette réforme est également appliquée aux étudiants de STS (section de technicien supérieur), classes préparant à des BTS, l'Etat engrangerait alors 16 millions d'euros ! De quoi renflouer quelque peu les caisses de l'Etat...