Le coup d’envoi des révisions est donné. A six mois du baccalauréat, les lycéens sont déjà au travail, avec un seul mot d’ordre « efficacité et régularité ».

« Les révisions sont un travail quotidien », affirme Frédéric Simon, responsable du niveau terminale au lycée privé Sainte-Marie du Port en Vendée. A l’approche des vacances de Noël et du bac blanc, les lycéens ne doivent pas se relâcher. « Ils doivent garder un rythme de travail pour être efficace », explique le professeur d’histoire-géographie. Pour cela, mieux vaut anticiper ses révisions dès maintenant.

Planifier, organiser et séquencer son travail

Lecture, relecture, surlignage, résumés... Stop ! Inutile de commencer le bachotage sans planning. Pour être efficace tout au long de l’année, l’organisation est la clé de la réussite. « Il ne faut pas que les élèves se laissent surprendre, surtout que janvier sera bien occupé par l’ouverture de ParcourSup. Je conseille évidemment à mes élèves de réviser à Noël », confirme Claire Ganez-Lopez, professeur de mathématiques en terminales STMG et ES au lycée public Paul Eluard à Saint-Denis (93). 

Pour planifier ses révisions, Frédéric Simon conseille de prendre une feuille A3 et d’y noter les jours de la semaine. « Ensuite, on colle des post-it à l’intérieur avec la matière et le chapitre à réviser ». Ludique et précis, le planning permet d’avoir une vision globale du travail à faire. « Il permet d’anticiper et d’avoir une visibilité sur toute l’année, en plus des devoirs que les élèves doivent rendre chaque jour », résume le professeur d’histoire-géo. 

Travailler dix minutes par jour

Après le planning, place aux fiches de révision. Ces fiches permettent de sélectionner les informations les plus importantes et donc de mieux mémoriser. 

Le professeur préconise de ne pas attendre le dernier moment pour les faire : « Il faut commencer les fiches dès le début du chapitre, cela évite de recopier des choses fausses au cas où on a mal compris le cours ». Selon lui, travailler dix minutes tous les soirs est beaucoup plus efficace que de travailler 30 minutes deux jours après le cours.

Une fiche = un chapitre

Chaque fiche doit toujours se présenter de la même manière afin que l’élève puisse s’y retrouver rapidement. « Une page par chapitre, c’est le grand maximum », précise M. Simon. La fiche commence par le titre du chapitre, puis le plan et les mots-clés. « On peut utiliser trois crayons de couleurs différentes : un pour l’idée principale, un pour les arguments et un autre pour les exemples. »

En effet, en plus d’être lisible, la fiche doit être agréable à lire. « Elle doit être très visuelle, certains préfèrent faire des schémas, cela dépend des élèves, il faut trouver la méthode la plus adaptée ».

De son côté, Claire Ganez-Lopez nuance. Selon elle, les fiches de révisions sont « assez personnelles ». Difficile donc d’expliquer précisément comment elles doivent être présentées.

Les matières littéraires : apprendre le plan par cœur

La fiche de révision doit rester un outil, inutile donc, de recopier la totalité du cours. « Tout comme il n’est pas nécessaire d’apprendre son cours par cœur, c’est trop rébarbatif et c’est surtout une perte de temps ! », estime le responsable des terminales.

En revanche, le plan joue un rôle essentiel dans l’apprentissage du chapitre. « Il est fondamental et il faut l’apprendre par cœur. » Tout comme les mots clés, qui servent à argumenter les propos. Les points de détail du cours, quant à eux, sont à revoir au dernier moment, « un mois avant l’examen, pas plus ». Néanmoins, ils ne sont pas négligeables car ils pourront peut-être faire la différence.

« C’est ce qu’on attend dans une copie. Généralement, on met 10/20 lorsque l’élève a le plan et on augmente la note en fonction de la démonstration, des détails apportés, du style, de l’écriture… », explique Frédéric Simon.

Les matières scientifiques : ne pas se contenter de relire

Si cette méthode fonctionne avec la plupart des matières littéraires, ce n’est pas forcément le cas de celles scientifiques. Claire Ganez-Lopez détaille : « Pour ma part, je leur conseille de garder dans une pochette leurs devoirs surveillés – sujets, copies, corrections agrafés ensemble - et de les refaire (par les relire) pendant les vacances en notant et en révisant les points du cours qui apparaissent dans ces devoirs. »

En résumé, refaire les exercices, noter les formules et comprendre le raisonnement seraient donc les éléments essentiels pour maîtriser les matières scientifiques. « Ça permet de trier les points du cours vraiment importants à savoir et qui reviennent souvent », confirme la professeur, « il faut aussi, en maths, cibler des connaissances techniques de première, indispensables et souvent non sues, comme les formules de dérivation. »

Trouver sa méthode de révision

Avec au minimum six matières à réviser, difficile de savoir par laquelle commencer. Frédéric Simon donne plusieurs conseils : 

  • Réviser dans l’ordre du planning des épreuves du bac
  • Réviser en fonction des coefficients (en prenant en compte les spécialités) : les sciences économiques et sociales pour le bac ES, la philosophie pour le bac L, les mathématiques pour le bac S…
  • Réviser en fonction de ses points forts : « Réviser une matière où on est plus à l’aise en premier permet de prendre confiance avant de passer aux matières qui demandent plus d’attention à cause des difficultés. »

Travailler à plusieurs peut aussi être un excellent exercice de révision : « Expliquer une leçon à quelqu’un d’autre est très formateur, cela permet de savoir si on a bien compris », résume le professeur d’histoire-géo.

Pendant les vacances, Frédéric Simon recommande de s’astreindre à un rythme de travail. Réviser trois heures par jour serait l’idéal, « le matin, l’après-midi ou le soir, selon l’efficacité de l’élève ».