Dans un rapport publié en octobre 2014, l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres) analyse la situation de l'Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ).

Il y a quelques semaines, l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines lançait un appel aux dons pour financer le renouvellement de la collection de livres de sa bibliothèque universitaire. C'est donc dans un « contexte difficile pour l'UVSQ, soumis par ailleurs à des audits multiples, que le comité d'experts a réalisé cette évaluation », souligne le rapport.

Des atouts indéniables

Pour les experts, l'université de Versailles Saint-Quentin dispose de nombreux atouts. Parmi eux, « une recherche de qualité, une offre de formation riche et variée, un très bon soutien des collectivités locales, une dynamique partagée pour la création de l'Université Paris Saclay ». Elle dispose également d'un très large réseau de partenariats avec les entreprises et les hôpitaux et a « un traitement attentif des problématiques liées au handicap, tant dans les thématiques de recherche que dans l'accueil des étudiants », considère le rapport.

De plus, l'Aeres parle d'une « mobilisation remarquable de la communauté pour sortir de la crise » dans laquelle se trouve l'établissement. Selon l'agence, « l'actuelle équipe de direction a su prendre la mesure des récentes difficultés financières rencontrées et affiche une volonté ferme de résoudre les problèmes qui en découlent. Elle a d'ailleurs su mobiliser et entraîner la communauté universitaire pour un retour prochain à l'équilibre. »

Des solutions pour sortir de la crise

Malgré les difficultés que connaît l'université, l'Aeres estime que « des solutions sont encore à imaginer » pour sortir de la crise, « en particulier pour ce qui concerne la gestion des ressources humaines afin de maîtriser la masse salariale, les procédures budgétaires, le système d'information et la réorganisation, largement entamée, des services supports, notamment pour mieux tirer parti de la valorisation de sa recherche ».

L'agence ajoute que l'établissement gagnerait à « resserrer sa gouvernance », « mieux y associer les composantes et élus étudiants » et « mieux développer la communication interne ». De même, elle deviendrait plus attractive en définissant plus clairement sa « stratégie internationale », estime le rapport.

Les experts conseillent également à l'UVSQ de « renforcer le lien formation-recherche » et « l'interdisciplinarité ». Pour finir, ils ajoutent que l'université doit « développer le pilotage de l'offre de formation et affirmer la stratégie de l'établissement dans ce domaine », mais aussi, « prendre réellement en main l'intégration dans le site de Saclay au niveau central, avec une stratégie claire (...) qui mette en valeur ses atouts et sa spécificité ».