Le cabinet de recrutement La Relève, spécialisé dans la recherche de stage, alternant et de jeune diplômé, a mené une enquête sur le salaire moyen des stagiaires en France. Verdict, la rémunération moyenne atteint 820 euros

Le 10 juillet 2014 a été votée à l'Assemblée Nationale une loi en faveur du développement, de l'encadrement des stages et de l'amélioration du statut des stagiaires. Evolution conséquente puisque ces derniers bénéficieront d'une revalorisation de l'indemnisation mensuelle minimale passant de 436 € à 523,26 €, d'un droit de congés et d'un encadrement plus souple. Seul bémol, la loi ne sera effective qu'en 2015. La Relève, cabinet de recrutement spécialiste de la recherche de stage et d'alternance, s'est intéressée au salaire moyen des stagiaires avant ce rehaussement prévu pour janvier prochain en sondant 1 000 étudiants entre le 12 et le 22 septembre dernier.

De gros écarts selon la formation

Le salaire moyen des stagiaires est bien loin de l'indemnisation minimum de 436 € puisqu'il s'élève à 822,53 €. Des résultats obtenus à partir de questions simples : sexe, âge, domaine et niveau d'études, localisation du stage, durée du stage, structure et type d'entreprise, et bien sûr rémunération. Voici un aperçu des principaux résultats obtenus par La Relève sous forme d'infographie.

Les petites entreprises délaissées par les étudiants

Adrien Ducluzeau, fondateur du cabinet de recrutement La Relève explique sur son site : « Nous constatons que les étudiants en fin d'études et issus d'une école privée sont mieux rémunérés que la plupart de leurs camarades universitaires. Ils sont également plus attirés par les stages au sein de grandes entreprises que par des entreprises de tailles moyennes ou des startups » ajoute-t-il.

Il poursuit en évoquant l'intérêt à effectuer ses stages dans de petites structures : « [La] rémunération serait équivalente voire supérieure dans de plus petites structures. » Mais Adrien Ducluzeau pointe du doigt un problème : les petites entreprises sont délaissées par les étudiants : « Le hic ? Ces chefs d'entreprises ont peu de demandes de stages car ils sont sous-estimés par les étudiants. Il faut inverser cette tendance et rééquilibrer l'offre et la demande. »