François Germinet, président de l'université de Cergy-Pontoise, a remis vendredi 6 novembre son rapport destiné à accroître l'implication des universités dans la formation professionnelle. Un texte qui sera rapidement analysé par la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon.

Le 18 mars 2015, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, confiait une mission à François Germinet, président de l'université de Cergy-Pontoise. L'objectif : trouver des pistes afin de renforcer la formation professionnelle dans l'enseignement supérieur.

Développer la formation professionnelle à l'université

Vendredi 6 novembre, après plusieurs mois de travail, le rapport a été remis par François Germinet à Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat en charge de l'Enseignement supérieur et la Recherche.

Ce rapport « constate que des évolutions sont nécessaires pour développer les besoins en formation continue, à la fois du côté des universités, pour adapter l'offre de formation à des salariés dont les besoins portent le plus souvent sur des formations courtes et non diplômantes, et du côté des salariés et des employeurs, pour reconnaître les établissements d'enseignement supérieur comme des acteurs majeurs en matière de formation professionnelle », précise un communiqué de presse du ministère de l'Education nationale.

A l'heure actuelle, les établissements d'enseignement supérieur ne représentent que 3 % du marché de la formation continue en France. « Leur potentiel est très important », explique le communiqué. Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont fixé l'objectif de développement du chiffre d'affaires à 1,5 milliard d'euros d'ici 2020.

Ouvrir la formation professionnelle à de nouveaux publics

Afin d'atteindre l'objectif fixé par le gouvernement, le rapport recommande « de s'appuyer sur la proximité avec la recherche, de connaître les coûts réels de l'activité de formation continue, de développer des mécanismes d'incitation au niveau des Comue, d'ouvrir la formation professionnelle à de nouveaux publics (bacheliers professionnels souhaitant démarrer une expérience professionnelle tout en ayant le projet de revenir plus tard dans l'enseignement supérieur, alumni, etc.) », précise le communiqué.

Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont annoncé « le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt dès le 9 novembre, qui permettra de sélectionner fin décembre une dizaine d'établissements pilotes, qui expérimenteront les mesures proposées pour le développement de la formation continue sur la base d'un cahier des charges précis », conclut le communiqué du ministère.