Jean-Michel Blanquer a remis un livret de 80 pages aux chefs d’établissement public concernant la laïcité à l’école.

Après la publication d’un guide sur la maîtrise des fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui) à l’école primaire, Jean-Michel Blanquer s’attaque désormais à la laïcité. Mercredi 30 mai, le ministre de l’éducation nationale a présenté son nouveau livret pour faire respecter ce principe dans les écoles, les collèges et les lycées publics.

Un vade-mecum qui rappelle presque mot pour mot le guide de Najat Vallaud-Belkacem publié en 2016. Exemple de situations auxquelles les professeurs peuvent être confrontés, rappel du cadre juridique, liens entre l’école, l’élève et sa famille… Jean-Michel Blanquer n’apporte que très peu de changements vis-à-vis de son prédécesseur. 

Respecter le code de l’éducation

Sans grande surprise, le livret reprend de nombreux points déjà abordés par l’ancienne ministre de l’éducation nationale : interdiction de porter des signes ou tenues religieux, interdiction de contester les contenus des programmes scolaires, obligation d’assiduité des élèves quel que soit le motif… Et pour cause, le principe de laïcité s’applique depuis 2004 à l’intérieur des écoles, lors des examens et pendant les sorties scolaires.

Dans son guide, Jean-Michel Blanquer fait tout de même quelques rappels. Le ministre précise par exemple que « le motif religieux n’est pas un motif d’absence », y compris pendant les cours d’EPS. Et concernant les programmes scolaires, le ministre est ferme. En histoire, en art plastique, en éducation musicale ou en sciences de la vie et de la Terre, « les élèves n’ont pas le droit de s’opposer à un enseignant en raison de leurs convictions religieuses ». Là encore, Jean-Michel Blanquer met l’accent sur plusieurs cours comme l’importance d’enseigner les faits religieux « dans le respect des croyances de chacun » et l’obligation de donner des cours d’éducation à la sexualité. 

S’adapter au culte de chacun

D’autres thématiques sont également abordées dans le guide comme la prière en internat, la présence d'une aumônerie ou les absences en cas de fête religieuse. Le livret revient également sur la célébration de Noël au sein des écoles. En 2016, Najat Vallaud-Belkacem avait déjà précisé qu’il convenait « de vérifier qu’aucun signe ou emblème religieux [ne serait] apposé dans l’enceinte de l’établissement ». Principe approuvé par le ministre qui a tout de même rappelé que le sapin de Noël n’était plus seulement considéré comme « appartenant à la tradition chrétienne » mais qu’il était devenu « un symbole d’une fête largement laïcisée ».

Tout comme son prédécesseur, le ministre de l’éducation nationale n’a pas donné de réponse sur la question du régime alimentaire des élèves, expliquant que les menus spécifiques à la cantine relèvent de la collectivité territoriale.