D’ici 2019, le diplôme universitaire de technologie (DUT) pourrait être allongé de deux à trois ans, comme la licence.

« Une réflexion est engagée avec les directeurs des IUT », a annoncé Frédérique Vidal, jeudi dernier, dans l’Est républicain. La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation souhaiterait allonger d’une année la formation en IUT. Elle passerait ainsi de deux à trois ans. 

Entrée en master après un DUT

L’idée : inciter encore plus d’étudiants à choisir cette formation professionnalisante. Aujourd’hui, 90% des étudiants poursuivent leurs études après un DUT. Et 20 à 30 % intègrent une licence professionnelle. Le DUT en trois ans serait donc un véritable atout pour entrer directement en master.

Le 10 novembre dernier, l’Assemblée des directeurs d’IUT (Adiut) s’est en effet déclarée favorable à l’évolution d’un DUT en 180 ECTS (plutôt que 120 actuellement). « Les premiers éléments de structure seront débattus début décembre », a exposé l’Adiut dans un communiqué

Proposer une meilleure formation

Un autre intérêt serait de « favoriser les passerelles entre les IUT et les formations du 1er cycle universitaire dans les deux sens. Un étudiant de licence générale qui finalement s'est trompé de voie pourrait rejoindre nos cursus », explique Rodolphe Dalle, président de l’Adiut, à Educpros.

Alors que plus de la moitié des étudiants en IUT ont un bac général, les directeurs d’école souhaitent redonner accès à leurs formations aux bacheliers technologiques, qui ne représentent que 30% des étudiants. Ce nouveau DUT permettrait également d’insérer plus facilement « des adultes en formation continue ou en reconversion professionnelle », indique Rodolphe Dalle.

« Tester de nouvelles modalités d’alternance »

D’après une enquête du Céreq publiée en 2016, 81 % des diplômés d’un DUT ont un emploi à la sortie de leurs études. Avec ce nouveau DUT, les directeurs d’école veulent faire mieux. « On ne va pas ajouter des durées de formation énormes, mais faire en sorte que les élèves soient mieux armés pour l'employabilité, et donc augmenter les temps de présence en entreprise et les temps de travail en groupe », précise Rodolphe Dalle.

Reste que pour les grandes écoles de management, ce DUT en trois ans n’est pas une bonne idée : « l’allongement de la scolarité risque de nous faire perdre beaucoup de candidats à l’entrée de nos écoles », affirme Stéphan Bourcieu, directeur de Burgundy School of Business.