Certains correcteurs n’hésitent pas à retirer quatre points lorsqu’il y a trop de fautes d’orthographe.

« Moins on met de bâtons dans les roues au correcteur, plus il corrige avec bienveillance », insiste Cédric Hounsou, professeur en sciences économiques et sociales. Les enseignants ne le répéteront jamais assez : les fautes d’orthographes sont à bannir dans une copie. En plus de la lisibilité et de la propreté de la copie, les correcteurs sont extrêmement attentifs aux fautes de français. A quelques jours du baccalauréat, il est encore temps de chasser ses mauvaises habitudes pour éviter de perdre de précieux points le jour J.

Lire l’actualité

La lecture semble être le meilleur moyen pour améliorer son niveau d’écriture. Syntaxe, conjugaison, vocabulaire, grammaire… Elle permet au cerveau de s’entraîner et de retenir certains détails utiles pour la rédaction. « Il faut lire tous les jours, ne serait-ce que les journaux, l’actualité », insiste Julien Soulié, ancien professeur de lettres et formateur au Projet Voltaire.

Si les changements ne seront peut-être pas spectaculaires sur du court terme, la lecture permettra tout de même de réapprendre certaines notions oubliées tout en révisant son bac. Mais pas besoin de se lancer absolument dans de la littérature : « Il faut lire ce qu’on aime, pas forcément du Victor Hugo ou du Flaubert, cela peut aussi être des bandes-dessinées ou des mangas, chacun doit trouver son style. »

Faire des exercices selon ses besoins

Autre conseil :  revoir quelques règles d’orthographe selon ses besoins. « En fonction de ce qui pose problème, -l’orthographe de certains mots, les homonymes ou les accords-, on relit les règles qui s’appliquent. » 

Pour ceux à qui cela ne suffit pas, il est aussi possible de trouver quelques exercices en ligne qui permettront d’assimiler plus facilement les règles d’orthographe. « Il faut choisir la méthode des petits pas : on ne révise pas toute la langue française d’un coup mais chaque jour un élément que l'on juge difficile à maîtriser », détaille le professeur de lettres. Des petites fiches récapitulatives peuvent également être précieuses afin de se remémorer les règles la veille de l’examen.

Trois fautes à corriger facilement

Lors de l’épreuve, rien n’est perdu. « Il faut prendre 15 minutes pour se relire », précise Cédric Hounsou. Des minutes importantes pour chasser la moindre erreur. Pour Julien Soulié, il y en a trois principales à éviter facilement :

  • La forme d’un verbe en -er, -é ou -ez : « Il faut retrouver l’infinitif du verbe et remplacer le verbe par un autre du troisième groupe comme prendre ou vendre, on saura tout de suite s’il se conjugue ou non. »
  • Confondre futur et conditionnel : « Je serai d’accord ou je serais d’accord ? Pour savoir si on met un -s ou non, il faut remplacer le sujet par ‘tu’ : si on peut dire ‘tu serais d’accord’ alors on garde le -s mais si on dit ‘tu seras d’accord’ alors on le retire, cela dépend de la phrase et du contexte. »
  • Le pluriel -s ou -ent : « Il arrive qu'on confonde le nom ety le verbe. Il faut se dire qu’un nom s’accorde en genre et en nombre avec son sujet et donc qu’il faut ajouter un -s. Un verbe, lui, se conjugue avec son sujet et donc il faut lui ajouter -ent. Cela revient au même mais dans notre tête on comprend mieux s'il s'agit d'un verbe ou d'un nom. »