Tourisme, bâtiment, médias, transports… Quels secteurs vont recruter pour les JO 2024 ?

C’est enfin officiel : Paris sera la ville hôte des Jeux Olympiques d’été 2024 ! Après 1900 et 1924, c’est la troisième fois que la capitale française organisera la plus grande compétition sportive du monde. 

Mais en un siècle, beaucoup de choses ont changé. Disciplines, infrastructures, transports, technologies, les jeux de 2024 présenteront un visage bien différent de ceux de 1924. Avec le temps, cet événement a pris une telle ampleur qu’il ne concerne pas uniquement le sport. Le tourisme, en premier lieu, sera boosté par la venue de millions de spectateurs. D’autres secteurs devraient en bénéficier, comme la restauration, le bâtiment, la logistique, les transports ou encore les médias.

Evénement d’envergure planétaire, les Jeux Olympiques sont aujourd’hui à l’origine de la création de milliers d’emplois. Le Centre de droit et d’économie du sport de Limoges estime que les JO vont engendrer 119 000 à 247 000 emplois pérennes, en France, entre 2017 et 2034.

Etudiants et futurs étudiants, si vous voulez être certains d’avoir du travail en 2024, voici une sélection de dix corps de métiers qui seront indispensables pendant la préparation et la tenue des Jeux Olympiques 2024.

Le tourisme, premier gagnant

Déjà l’une des premières destinations touristiques mondiales, Paris devrait voir son nombre de visiteurs exploser en 2024. Plusieurs millions de spectateurs sont attendus lors de l’événement. Le reste du territoire est également concerné, puisque le football se jouera dans toute la France, et les compétitions de voile auront lieu à Marseille. 

Hôtels, camping, maisons d’hôtes et autres hébergements seront pris d’assaut. L’occasion de se lancer dans une carrière dans le tourisme : les réceptionnistes, directeurs d’hôtels ou animateurs dans des centres de vacances ne manqueront pas d’offres d’emploi.

Consulter la fiche métier :Responsable d'établissement touristique

Intimement lié à l’hébergement, la restauration sera l’une des grandes gagnantes de la tenue des JO sur le territoire. De la cuisine au service, tous les restaurants de la capitale devraient afficher complet. Les fast-foods ou food-truck trouveront aussi leur clientèle dans les rues nocturnes ou aux abords des stades. 

Considérant le nombre de touristes venant de l’étranger chercher, autre l’aspect sportif, un peu d’identité française, on peut parier que les spécialistes du vin seront très valorisés.

Consulter la fiche métier :Sommelier

Les métiers du bâtiment

Bien que le dossier de la candidature parisienne assure que « 95 % des infrastructures existent déjà », il reste beaucoup à construire. Notamment le village olympique, qui représente à lui seul un marché de 800 millions d’euros. Dans ce cadre, les services publics seront à la recherche de personnel dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Ingénieurs, mais aussi artisans, ouvriers spécialisés et conducteurs d’engins devraient trouver du travail sans trop de difficulté. 

Consulter la fiche métier :Ingénieur chantier BTP

Par ailleurs, le comité parisien s’est engagé à pérenniser ces nouvelles infrastructures, c’est-à-dire à leur donner une seconde vie, après les Jeux Olympiques. Par exemple, le village média, implanté à Dugny (93), fera place à un parc de 1 500 logements. Des ouvriers spécialisés dans la réhabilitation du bâtiment, notamment aux normes environnementales seront alors recrutés pour ces chantiers.

Consulter la fiche métier :Etanchéiste

Les métiers du transport

Un autre grand projet de construction est également lancé : celui du Grand Paris Express, un super-métro de 200 kilomètres qui fera le tour de Paris d’ici 2030. L’immense majorité des compétitions ayant lieu dans toute la région Ile-de-France, les transports feront bien sûr partie des grands enjeux de l’événement et devraient être renforcés pendant l’été. 

Cela concerne bien sûr les RER, métros et bus, mais aussi les constructions de pistes cyclables, les taxis et VTC, les gares et les aéroports. 

Consulter la fiche métier :Contrôleur aérien

Marketing et événementiel

Bien sûr, le rassemblement sportif le plus important de l’année ne s’arrêtera pas aux compétitions. Conférences de presse, réceptions, salons, débats, colloques et autres rencontres entre professionnels et/ou passionnés seront organisés dans toute la région avant, pendant et après les JO.

Consulter la fiche métier :Organisateur d'événements

Le marketing et la communication tiendront bien sûr une part très importante, et le monde de la publicité sera fortement mis à contribution par les marques qui souhaitent toucher un large public.

Sécurité renforcée

C’est un domaine de compétences auquel on ne pense pas forcément, mais la sécurité (des sportifs comme des spectateurs) sera une préoccupation première des organisateurs des jeux olympiques. Les fonctionnaires de police et de gendarmerie seront bien évidemment mis à contribution, tout comme les sociétés privées et les gardes du corps, dont la rumeur dit que même Teddy Rinner y a parfois recours.

Consulter la fiche métier :Agent de surveillance

Du travail dans les médias

Ils font partie de ces professionnels qui ne devraient pas prendre beaucoup de repos pendant les trois semaines de compétition. Les journalistes sportifs seront près de 4 000 à être accueillis au village média, et plusieurs autres milliers à suivre l’événement dans le monde entier. En France, les médias généralistes ou spécialisés, locaux ou nationaux, seront tous branchés sur les Jeux.

Consulter la fiche métier :Journaliste sportif

La santé des sportifs

Enfin, les métiers de la santé, surtout celle des sportifs, seront aussi mis à contribution. Kiné, ostéopathe et médecins du sports seront au plus près des athlètes participant aux compétions.

Consulter la fiche métier :Médecin du sport