La lutte contre le tirage au sort continue. Droits des lycéens vient de saisir le Conseil d’Etat d’un recours pour excès de pouvoir.

L’association s’offusque contre la circulaire publiée le 17avril 2017 au bulletin officiel, qui prévoit d’entériner la pratique du tirage au sort à l’université. Droits des lycéens y voit notamment une manœuvre politique « inacceptable et illégale »

Faire annuler la circulaire

« Au lieu de mettre fin à cette pratique irrégulière et inéquitable qui fait l’unanimité contre elle, le ministère de l’éducation nationale a décidé de la légaliser discrètement, pendant l’entre-deux tours des élections présidentielles », écrit l’association dans un communiqué. 

Par cette action, elle demande au Conseil d’Etat d’annuler la circulaire du 17 avril 2017. Une requête qui a peu de chance d’aboutir : le 2 juin dernier, le Conseil d’Etat, saisi par SOS Education et Promotion et défense des étudiants (PDE), a déjà refuser d’annuler la circulaire.

Un combat vieux d’un an

Le combat de Droits des lycéens contre APB et le tirage au sort ne date pas d’hier. L’an dernier, l’association a mené un long combat contre le ministère, à qui elle réclamait la publication de l’algorithme de la plateforme. 

« Les informations obtenues ont permis de démontrer, outre l’opacité du système, que le processus de sélection des étudiant était arbitraire en l’absence d’encadrement légal », estime l’association lycéenne.