Six étudiants d'une école d'ingénieurs toulousaine vont prendre part à une expérience scientifique peu commune. Pendant quinze jours, ils vont s'isoler dans le désert de l'Utah, aux Etats-Unis, pour y simuler la vie sur Mars.

« Toulouse, on a un problème ». Samedi prochain, six étudiants de l'école d'ingénieurs de Toulouse ISAE-Supaero vont prendre part à deux semaines de simulation de la vie sur Mars. Pour eux, direction le désert de l'Utah, aux Etats-Unis. Le lieu a été choisi pour ses caprices géologiques, proches de ceux de la planète rouge.

Conditions de vie extrêmes

Les six étudiants ont répondu à un appel lancé par la Mars Society, organisation internationale qui promeut l'exploration et la colonisation de la planète Mars. La communauté de scientifiques va imposer des conditions de vie exceptionnelles aux volontaires français. Pendant deux semaines, ils vont vivre dans la Mars Desert Research Station, une capsule de huit mètres de diamètre, qu'ils ne pourront pas quitter sans enfiler un scaphandre adapté. Pour simuler au plus près le quotidien des futurs explorateurs de la planète rouge, l'eau et la nourriture seront rationnées. Même les communications avec l'extérieur respecteront un délai de plusieurs minutes.

Cette mission vise à « apporter une contribution scientifique à la recherche dans le domaine de l'exploration spatiale », explique l'ISAE-Supaero sur son site. Les données et analyses collectées au cours de cette expérience seront en effet utilisées par les agences spatiales (NASA, ESA) afin de préparer leurs futures missions habitées vers Mars.

Une experience pérennisée

« L'an dernier, deux étudiants avaient déjà candidaté avec succès auprès de Mars Society et étaient partis dans cette base martienne pendant quinze jours. Depuis, ils ont monté une association au sein de l'école, recruté des volontaires, levé des fonds et se sont aussi fait sponsoriser par des labos pour embarquer à bord de la station », a précisé Stéphanie Lizy-Detrez, enseignante-chercheuse au sein de l'école toulousaine, au quotidien toulousain La Dépêche. Elle espère voir ces expériences se répéter au fil des années.

La capsule installée dans le désert américain n'est pas une première. Dans le cadre de son programme mondial de recherche sur les vols habités vers la planète Mars, la Mars Society a recréé trois autres univers semblables au Canada, en Islande et en Australie.