Le comité de recherche, qui est en charge de la procédure de nomination d'un nouveau directeur à la tête de l'institut d'études politiques (IEP) de Paris, a finalement retenu les noms de cinq hommes et d'une femme pour les auditionner. A l'issue de cette étape, une liste d'au moins deux candidats sera soumise aux conseils de Sciences Po, qui devrait être dévoilée courant mars.

Siences Po Paris Siences Po Paris
Six candidats sont encore en piste pour succéder
à Richard Descoings à la tête de Sciences Po.

Dans la (très longue) course à la direction de l'IEP de Paris, les prétendants ne sont plus qu'au nombre de six à espérer pourvoir succéder à Richard Descoings. Le comité de recherche, qui doit présenter dans quelques semaines aux conseils de Sciences Po les noms d'au moins deux candidats aux fonctions de directeur de l'établissement et d'administrateur de la FNSP (Fondation nationale des sciences politiques), a décidé à l'unanimité de finalement auditionner six candidats. Parmi eux figurent cinq hommes et une seule femme et, au niveau de nationalités, il y a cinq Français et un Américain, précise un communiqué officiel.

32 candidatures, 6 finalement retenues

Avant d'arriver à cette décision, le comité de recherche a examiné 32 candidatures : 26 hommes et 6 femmes. Jean-Michel Blanquer fait une nouvelle fois partie des candidats sélectionnés pour ce "second tour". L'ancien directeur générale de l'enseignement scolaire l'avait en effet été lors de la première cession, avant que les compteurs ne soient remis à zéro par le ministère de l'Enseignement supérieur. Christine Musselin, la directrice de recherche CNRS et directrice du Centre de sociologie des organisations, fait également partie de cette short-list.

Les quatre autres noms sont encore confidentiels, mais ceux de Jean Pisani-Ferry, directeur de l'institut Bruegel, et de David Azéma, aujourd'hui directeur des participations de l'Etat après avoir été notamment numéro 2 de la SNCF, reviennent dans de nombreuses discussions.

Hervé Crès ne succédera pas à Richard Descoings

Dans tous les cas, Hervé Crès ne succèdera pas à Richard Descoings. Le comité de recherche a en effet décidé d'écarter sa candidature. "En raison des positions indiquées et confirmées par les pouvoirs publics, le comité n'a pas cru devoir retenir la candidature de Hervé Crès, en dépit de la qualité exceptionnelle de son dossier et de son projet", affirme l'organisme dans un communiqué. Et ce, alors qu'en octobre 2012, les instances dirigeantes l'avaient désigné pour prendre la direction générale de l'Institut d'Etudes Politiques.

Il en sera de même pour le politologue Dominique Reynié, dont le projet était également grandement apprécié, et qui faisait aussi partie des quatre favoris de la première cession. David Colon, directeur du campus de Paris et dont la candidature ne cessait de progresser, et Richard Balme, professeur de sciences politiques, ont eux aussi été écartés...

La suite de la procédure de nomination

A l'issue des auditions, le comité de recherche publiera la liste des candidatures soumises aux conseils, indique encore le communiqué. Celle-ci devrait être dévoilée courant mars. D'ici là, peu d'informations devraient être rendues publiques, le comité rappelant son "attachement à la règle de confidentialité tenue depuis le début de ses travaux, règle conforme aux pratiques des grandes institutions universitaires."