A l'approche du bac, ils sont souvent les plus stressés. Ils se sentent angoissés, mais aussi totalement impuissants. Cet article s'adresse aux parents. Dans beaucoup de cas, vous faites partie de la réussite de votre enfant. Mais comment l'aider efficacement ?

Gardez votre angoisse pour vous

Avant toute chose, rassurez-vous, « c'est tout à fait naturel d'être angoissé », estime Isabelle Pailleau, psychologue clinicienne du travail et des apprentissages et co-auteure de Keep calm et réussis tes exams. Etre stressé n'est donc pas un problème. En revanche, « il faut éviter de projeter son angoisse sur ses enfants », prévient-elle. 

Cela passe par le langage. Par exemple, un bon moyen de véhiculer son angoisse est de commencer une phrase par : « Mais t'as pas peur de ? » Tout comme les discours culpabilisateurs (« Plus qu'une semaine avant le bac et t'as toujours pas révisé tes maths ! »), ces éléments de langage sont très déconseillés par la psychologue. A la place, elle préconise d' « envoyer de la confiance ». 

Une confiance qui passe par la présence. « Vous devez vous intéresser à leur révisions, mais sans porter de jugement. » L'idée est bien entendu de montrer à vos ados que vous leur faites confiance, mais que vous restez « disponible pour aider ». Le rôle d'un parent est de se tenir à l'écoute, prêt à donner ses conseils, mais de ne surtout pas leur imposer un programme ou une manière de travailler.

Conseillez sans surveiller

Qui dit présence ne veut donc pas dire omniprésence. Rester derrière eux pendant deux heures à surveiller leur travail n'a aucun intérêt. « Lâchez-les ! », tempète Isabelle Pailleau. Pour elle, les laisser se débrouiller est aussi « une manière de les responsabiliser ». 

Alors que faire ? Ce que vous pouvez surveiller, c'est leur alimentation. Pour une concentration efficace, halte aux sucres. Ils ont besoin d'une bonne hydratation, ainsi que d'une alimentation équilibrée. Mais pas d'un régime. Prônant la pédagogie du bien-être, Isabelle Pailleau recommande aussi aux élèves de manger « ce qui leur fait plaisir ». Exemple du quotidien : « S'il vous dit qu'il aimerait manger un hachis Parmentier, faites-lui son hachis, vous serez beaucoup plus utile. »

Lire aussi La bonne hygiène de vie à adopter pendant les révisions

Arrêtez-les s'ils révisent trop

L'un des rôles essentiels des parents est donc de veiller à ce que leurs enfants respectent une bonne hygiène de vie, qui passe également par les pauses. « Vous pouvez dire à vos enfants d'aller prendre l'air », conseille la psychologue. Si votre ado est enfermé dans sa chambre depuis plusieurs heures, il ne faut pas hésiter à aller lui demander comment ça se passe. Et s'il a l'air perdu ou découragé, c'est le moment de l'envoyer faire une pause. « Les parents ont un peu le rôle d'un manager, qui envoie ses salariés chez eux à 21 h », résume Isabelle Pailleau. 

« En France, bosser dur et tard est très valorisé, alors qu'en réalité c'est contre-productif et décourageant. » Il vaut mieux veiller à ce que votre bachelier ne s'épuise pas à la tâche, afin que son travail reste efficace. 

En résumé, vous parents, devez accompagner votre enfant dans ses révisions, mais sans l'envahir. Cet accompagnement passe par une présence, des conseils, des services et des petits soins. Quant au dialogue, un maître mot : encourager. La mise sous pression, le jugement et la culpabilisation sont à éviter au maximum.