L'alternance offre aux étudiants un bon aperçu de la vie en entreprise, et leur permet de se comporter comme un salarié à part entière. A ce titre, une rémunération leur est versée pour leur travail.

Que ce soit en professionnalisation ou en apprentissage, les étudiants perçoivent un salaire mensuel calculé en fonction de leur âge et de leur niveau d'études.

Il peut varier de 25 % du Smic pour les plus jeunes, et n'a pas de véritable plafond... même si, en règle générale, le montant ne dépasse pas le Smic. Certains secteurs, tels la banque ou l'assurance, offrent tout de même aux jeunes sous contrat de professionnalisation des rémunérations plus importantes que celles fixées par la législation, en vue de les motiver. Mais si l'argent perçu est une motivation supplémentaire, il ne doit pas devenir la raison principale du choix de cette formule !

Salaire contre responsabilité

Dans le cadre de l'alternance, l'entreprise verse une rémunération à son apprenti, mais finance également sa formation. En contrepartie, celui-ci doit assumer certaines responsabilités. L'alternance nécessite donc un investissement plus fort qu'un cursus classique.

"Un salaire permet une prise d'autonomie financière. C'est le début de l'indépendance. Il faut donc apprendre à gérer son argent, choisir les bonnes alternatives,... Bref, entrer dans les réalités du monde adulte", explique Catherine, mère de Jérémy, apprenti en 2e année de BTS Management des unités commerciales (MUC). L'alternance est donc une formule séduisante du point de vue pécuniaire, mais est aussi un choix qui ne doit pas se prendre à la légère.

La rémunération en contrat d'apprentissage
  - de 18 ans De 18 à 20 ans 21 ans et plus
1ère année 25 % du SMIC 41 % du SMIC 53 % du SMIC
2e année 37 % du SMIC 49 % du SMIC 61 % du SMIC
3e année 53 % du SMIC 65 % du SMIC 78 % du SMIC
La rémunération en contrat de professionnalisation
  Niveau inférieur au bac pro Niveau supérieur au bac pro
- de 21 ans minimum 55 % du SMIC minimum 65 % du SMIC
de 21 à 26 ans minimum 70 % du SMIC minimum 80 % du SMIC
+ de 26 ans Ne peut être inférieure au SMIC, ni à 85 % de la rémunération
minimale prévue par la convention collective de l'entreprise

Dernière mise à jour : 24 juin 2015