Enseignant de droit, recteur, directeur de l’enseignement scolaire et proche de la droite, découvrez qui est Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education nationale.

Mercredi 17 mai 2017, Jean-Michel Blanquer a été nommé ministre de l’Education nationale au sein du premier gouvernement formé par Edouard Philippe, Premier ministre et Emmanuel Macron, président de la République. A 52 ans, ce proche d’Alain Juppé est un spécialiste de la question éducative, avec une vision marquée à droite. Comme Frédérique Vidal, son homologue à l'Enseignement supérieur, la Recherche et l'Innovation, il fait partie des onze ministres ou secrétaires d’Etat issus de la société civile.

Ancien numéro 2 du ministère de l’Education nationale

Le ministère de l’Education nationale n’est pas un lieu inconnu pour Jean-Michel Blanquer, puisqu’il en a été le numéro 2 entre 2009 et 2012, lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy. A l’époque directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) aux côtés du ministre Luc Chatel, il a été à l’origine de propositions qui ont fait régir, notamment la mise en place d’évaluations dès la maternelle

Diplômé de philosophie, de droit et de sciences politiques, Jean-Michel Blanquer commence sa carrière comme chercheur et enseignant, puis recteur, avant d’entrer dans le gouvernement en 2009. En 2012, la gauche accède au pouvoir et le remercie. En juin 2013, il devient directeur général du groupe Essec (Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales), après avoir fait partie de la shortlist pour le poste de directeur de Sciences Po Paris.

Des propositions proches de celles de Macron

Depuis, Jean-Michel Blanquer a publié deux ouvrages chez Odile Jacob : L’Ecole de la vie (2014) et L’Ecole de demain (2016). Dans ce dernier, il expose un véritable programme pour l’éducation, très proche des propositions formulées ensuite par Emmanuel Macron. L’autonomie des établissements, l’importance de l’apprentissage dès la maternelle et la réduction du nombre d’élèves en classes de REP sont notamment mentionnées. On retrouve aussi les propositions de stages de remise à niveau en été et de la réduction du nombre d’épreuves au baccalauréat.

Le directeur de l’Essec a d’ailleurs affiché son soutien au candidat d’En Marche !, entre les deux tours, en appelant ses étudiants à faire barrage au FN. 

Le CV de Jean-Michel Blanquer

Né en 1964. Diplômé de l’Université Panthéon-Sorbonne, Sciences Po Paris et l’Université Panthéon-Assas.

1989 – 1991 : Chercheur coopérant à l’Institut français d’études andines à Bogota (Colombie)

1992 – 1994 : Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Panthéon-Assas

1994 – 1996 : Maître de conférences en droit public à l’université François Rabelais de Tours

1996 – 1998 : Professeur de droit public à l’IEP de Lille

1998 – 2004 : Directeur de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Professeur de droit constitutionnel, théorie du droit et droit communautaire à Sciences Po Paris et à l’université Sorbonne-Nouvelle

2004 – 2006 : Recteur de l’académie de Guyane

2006 – 2007 : Directeur adjoint du cabinet du ministre de l’Education nationale

2007 – 2009 : Recteur de l’académie de Créteil

2009 - 2012 : Directeur général de l’enseignement scolaire de Luc Chatel au ministère de l’Education nationale

2013 – 2017 : Directeur général du groupe Essec

17 mai 2017 : nommé ministre de l’Education nationale