Stress, rythme effréné, intégrer une CPGE nécessite de s'interroger sur ses motivations et ses aptitudes. Et vous, êtes-vous prêts ?

Un rythme effréné

Soyons franc ! S'engager dans une classe préparatoire ne s'assimile pas à un parcours de santé.
Votre aptitude à résister au stress, au rythme effréné et vos capacités d'adaptation seront impitoyablement éprouvées tout au long de ce cursus difficile mais surmontable.

Etes vous prêts pour les classes préparatoires ?

Les prépas s'apparentent à des cursus de deux ans, parfois trois, particulièrement difficile tant sur le plan du rythme scolaire que de la résistance psychologique.
Vous devrez affronter des évaluations régulières, un certain esprit de compétition et un stress important.

Ne partez donc pas bille en tête et posez vous les bonnes questions :

  • Mes résultats de première et de terminale me permettent-ils d'attester d'un niveau suffisant pour entrer en CPGE ?
  • Suis-je suffisamment mature pour apprécier les critiques de mes professeurs à leur juste valeur, sans susceptibilité ni découragement ?
  • Suis prêt à confronter mes connaissances avec celles de mes collègues préparationnaires ?
  • Suis-je suffisamment passionné ou motivé par les lettres, l'économie, le commerce ou les sciences pour sacrifier mes loisirs et ma vie personnelle pendant ces années ?
  • Suis-je assez organisé, rigoureux, efficace, persévérant.... ?
  • Suis-je doté de capacités d'analyse et de synthèse assez développées pour répondre aux problématiques du programme de prépas ?
  • Ai-je personnellement choisi cette classe préparatoire ou m'a-t-elle été conseillée, voire imposée, par mon entourage ?

Si vos réponses sont positives à la majorité de ces questions, vous semblez entrer dans le moule du bon préparationnaire. En un mot, vous avez le profil. Tenez tout de même compte du décalage qui existe toujours entre la théorie et la pratique... mais vous semblez partir sur de bonnes bases.