En parallèle de son classement des meilleurs bachelors français, Orientations a décidé de réaliser une enquête unique en son genre. Après les étudiants, les jeunes diplômés, les parents ou encore les recruteurs, les directeurs et responsables de programme bachelor donnent leurs avis quant à la valeur du diplôme bachelor.

Le bachelor est particulièrement apprécié des étudiants et des jeunes diplômés, de plus en plus connu des parents, toujours méconnu des recruteurs... Mais quels jugements et quelle estime ont de ce diplôme ceux qui le connaissent le mieux, à savoir les responsables et les directeurs de programme bachelor ?

En parallèle de la réalisation de la deuxième édition du Classement des meilleurs bachelors français, Orientations a soumis un questionnaire aux 32 responsables et directeurs de programme bachelor* pour les interroger par rapport aux "points forts" de ce diplôme, ses "points faibles", ainsi que les éléments permettant de faire la différence actuellement entre un "bon" et un "très bon" bachelor.

La dimension internationale, principal point fort du bachelor

Ainsi, au niveau des "points forts" de ce diplôme de niveau bac+3 - ou bac+4 pour quelques-uns -, deux éléments sont particulièrement mis en avant par les responsables de programme. Sans grande surprise, "la dimension internationale" arrive en tête, 65,6 % des directeurs citant cet argument qui arrive juste devant "une formation opérationnelle et professionnelle", cité par 59,3 % d'entre eux.

Un peu plus loin, "les stages et l'alternance" sont avancés par un quart des recruteurs, devançant "la pédagogie proposée" (21,8 %), "la qualité du corps enseignant" (15,6 %) et "une passerelle vers le master" (12,5 %).

Top 5 des "points forts" du bachelor selon les directeurs

Rang Les "points forts" du bachelor % de directeurs citant ce point
1  La dimension internationale  65,5 %
2  Une formation opérationnelle et professionnelle  59,3 %
3  Les stages et l'alternance  25 %
4  La pédagogie proposée  21,8 %
5  La qualité du corps enseignant  12,5 %

Le bachelor souffre toujours d'une certaine méconnaissance

Au-delà des points forts, Orientations s'est également intéressé aux faiblesses et aux pistes d'amélioration de ce diplôme, en interrogeant les directeurs et responsables de programme concernant les "points faibles" du bachelor.

"La méconnaissance des recruteurs" est ainsi avancée par 40,6 % des directeurs, devant "l'absence de reconnaissance de l'appellation bachelor" (21,9 %), "la méconnaissance des élèves" (15,6 %) et celle des parents (12,5 %). Pour expliquer ce manque de notoriété, les responsables et directeurs soulignent notamment la jeunesse de ce diplôme, dont les premiers programmes ont commencé à faire leur apparition au début des années 90...

Top 5 des "points faibles" du bachelor selon les directeurs

Rang Les "points faibles" du bachelor % de directeurs citant ce point
1  La méconnaissance des recruteurs  40,6 %
2  L'absence de reconnaissance de l'appellation bachelor  21,9 %
3  La méconnaissance des élèves  15,6 %
4  La méconnaissance des parents  12,5 %
5  Un diplôme jeune  12,5 %

Les solutions pour remédier à cette méconnaissance

Le diplôme bachelor souffre donc d'une importante méconnaissance, notamment des recruteurs, mais également des étudiants et des parents. Pour remédier à celle des professionnels, les directeurs et responsables de programme préconisent, en premier lieu, d'accroître "la communication auprès des entreprises" (34,4 %).

"L'intégration et l'implication de recruteurs dans les instances de gouvernance" arrivent en deuxième position de leurs citations (28,1 %), à égalité avec "l'obtention d'un grade de licence ou la reconnaissance académique du diplôme bachelor", qui est négociée depuis quelques années désormais par les écoles de commerce et de management.

Les éléments qui font la différence actuellement

Depuis quelques années, le marché du bachelor est en plein essor. Les annonces de lancement de programme en trois ou en quatre ans se sont multipliées et, désormais, quasiment tous les établissements de management français proposent au moins un diplôme de ce type. Dans ce grand marché, comment s'y retrouver ? Et surtout, quels sont aujourd'hui les éléments qui font la différence entre un "bon" et un "très bon" diplôme bachelor ?

Interrogé sur cette question, 59,4 % des recruteurs et des responsables de programme mettent en avant "le visa et la reconnaissance de l'Etat", 40,6 % citent "l'appartenance du bachelor à une école, à un groupe ou à un réseau reconnu", ainsi que "le taux d'employabilité et l'insertion professionnelle".

"Les accréditations nationales et internationales" arrivent en quatrième position (31,2 % des citations des directeurs), devançant très légèrement "le réseau d'entreprises partenaires" (28,1 %), "le corps enseignant" (25 %), ainsi que "les stages et l'alternance" (21,9 %)

Top 5 des éléments qui font la différence

Rang Caractéristiques qui font la différence % de directeurs citant ce point
1  Le visa et la reconnaissance de l'Etat  59,4 %
2  L'appartenance à une école, un groupe, ou un réseau  40,6 %
3  L'insertion professionnelle et le taux d'employabilité  40,6 %
4  Les accréditations nationales et internationales  31,2 %
5  Le réseau d'entreprises partenaires  28,1 %

La méthodologie utilisée pour réaliser cette étude

Pour élaborer cette étude, Orientations a interrogé, du 11 décembre 2013 au 10 janvier 2014, tous les directeurs et les responsables de bachelor français, par l'intermédiaire d'un questionnaire ouvert. 32 ont répondu dans les délais impartis, en ayant la possibilité de mettre autant d'éléments que souhaités pour chaque question posée.

*Les 32 responsables ou directeurs de diplôme bachelor interrogés sont à la tête des programmes suivants : Bachelor Affaires Internationales (EM Strasbourg) ; Bachelor Business & Management (Groupe IGS) ; Bachelor Ecole Atlantique de Commerce (Audencia Nantes) ; Bachelor EGC (EGC Martinique) ; Bachelor EGC Midi Pyrénées (EGC Midi Pyrénées) ; Bachelor en Management (Toulouse Business School) ; Bachelor en Management International (EM Normandie) ; Bachelor Evenementiel (Events Management School) ; Bachelor IDRAC (Groupe IDRAC) ; Bachelor in Business (ISC Paris) ; Bachelor in International Management, et en Développement Commercial (France Business School) ; Bachelor International, Business, et Management du Tourisme (Groupe Sup de Co La Rochelle) ; Bachelor Management and Information Technology (Telecom Ecole de Management) ; Bachelor Management en Entreprises (Groupe ISEE) ; Bachelor Management Relations Clients (ESC Pau) ; Bachelor Marketing & Business (Groupe ESC Dijon Bourgogne) ; Bachelor Marketing et Vente (ECORIS) ; Bachelor MCI (EMLyon) ; Bachelor de Novancia (Novancia Business School) ; Bachelor of Business Administration (IFAM Business School) ; Bachelor of International Business Administration (Groupe Sup de Co Montpellier) ; Bachelor Open Management et Gestion des Entreprises (IPAC) ; Bachelor PPA (Pôle Paris Alternance) ; Bachelor Professionnel (ESIAME) ; Bachelor Professionnel - Chargé d'affaires en Hautes Technologies (Euridis) ; Bachelor Responsable Marketing, Commercialisation & Gestion (EGC Strasbourg) Bachelor Stratégie Marketing et Communication (ESP) ; EMVOL (ESC Troyes) ; ESPEME (EHDEC) ; ICN Bachelor (ICN Business School) ; International Bachelor Programme in Management (ESC Rennes) ; KEDGE Bachelor (KEDGE Business School).