Sur les 810 000 inscrits sur Parcoursup, 436 500 lycéens ont été admis dans au moins une des formations qu’ils avaient envisagées.

Parcoursup est restée fidèle aux prévisions du gouvernement. Hier, sur les matinales de France Inter et RTL, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur ont confirmé que la moitié des lycéens recevraient une réponse positive le soir même. Résultats : à l’ouverture de la nouvelle phase d’admission, 419 000 candidats ont été acceptés dans au moins une formation de leur choix. Des chiffres qui devraient augmenter dans les prochains jours.

55 000 places libérées en une nuit

D’ailleurs, dès mercredi, 17 500 lycéens supplémentaires sont passés de la liste d’attente à celle des admis. Au total, 436 500 candidats peuvent dès à présent valider leur formation pour entrer dans l’enseignement supérieur à la rentrée 2018.

Une situation qui n’a rien d’étonnant car dans la nuit, 55 000 places se sont libérées. Les premiers admis ayant validé leur vœu, les formations rejetées sont de nouveau disponibles pour les autres lycéens en attente depuis la veille. Le ministère espère d’ailleurs multiplier par six le nombre de places libérées dans les dix prochains jours afin d’atteindre 350 000 places supplémentaires début juin. Après le bac, le gouvernement estime même que 80 % des candidats auront reçu une réponse positive.

29 000 lycéens vont devoir saisir le rectorat

Néanmoins, sur les 810 000 inscrits sur Parcoursup, 29 000 lycéens ont vu toutes leurs candidatures refusées. Des refus qui sont dus aux formations envisagées : BTS, DUT, classes préparatoires aux grandes écoles, double-licence… Contrairement à l’université, ces filières sélectives peuvent refuser les futurs étudiants. 

Dès ce matin, les élèves ont reçu un mail afin de prendre contact avec le recteur de leur académie. Dans les prochaines semaines, le rectorat devra obligatoirement leur proposer une formation en se basant sur le vœu de préférence indiqué par les candidats.

En 2017, 148 000 lycéens sont restés sans proposition à l’issus de la première phase d’admission d'APB. Un système qui n’est cependant pas comparable avec Parcoursup, puisqu'à présent que les admissions se déroulent de manière quotidienne jusqu’au 5 septembre.