Les classes préparatoires scientifiques sont la voie royale pour accéder aux écoles d'ingénieurs, aux Ecoles Normales Supérieures (ENS) ainsi qu'aux grandes écoles militaires. Mais elles peuvent également ouvrir les portes d'autres établissements spécialisés.

Pour intégrer ces classes préparatoires très exigeantes, il faut avoir un bon niveau en mathématiques, en physique, en chimie, en biologie et en sciences de l'ingénieur. Sans oublier le français et les langues vivantes, qui occupent malgré tout une place très importante aux concours d'entrée des grandes écoles.

Ces classes prépas sont, bien souvent, principalement dédiées aux bacheliers de la série S. Mais des candidats issus d'autres formations peuvent aussi postuler, dès lors qu'ils ont les connaissances scientifiques attendues. La charge de travail est conséquente, car le niveau est très élevé, y compris pour les bacheliers scientifiques. Dans le détail, il existe quatre voies différentes concernant les classes préparatoires scientifiques.

La voie mathématiques, physique et sciences de l'ingénieur (MPSI)

Comme son nom l'indique, la classe MPSI est une prépa scientifique principalement axée sur l'enseignement renforcé des mathématiques et de la physique. Elle est ouverte aux bacheliers S, toutes spécialités confondues. Si les maths priment, d'autres cours sont également au programme, tels que la chimie, l'informatique ou les sciences industrielles.

Après la première année, les élèves doivent choisir une spécialisation. Pour cela, deux options s'offrent à eux. La première est la filière mathématiques et physique (MP ou MP* pour ceux qui visent les grandes écoles du ministère de la Défense), où les étudiants peuvent choisir une matière spécifique, à savoir l'informatique ou les sciences industrielles de l'ingénieur. La seconde concerne la physique et sciences de l'ingénieur (PSI).

La voie physique, chimie, sciences de l'ingénieur (PCSI)

Cette classe préparatoire est particulièrement destinée aux bacheliers S, intéressés par une approche expérimentale de la science. En effet, la formation est fortement axée sur la physique et la chimie. L'apprentissage des mathématiques y est beaucoup moins abstrait que dans la filière MPSI.

Par ailleurs, une grande place est réservée à la chimie, notamment avec des expériences et des manipulations : un goût prononcé pour cette matière est donc un critère essentiel dans le choix de cette filière.

En deuxième année, les étudiants choisissent de se spécialiser en physique-chimie (Ph-Ch, qui mène en 2e année à la filière PC/PC*) ou en physique et sciences industrielles (Ph-SI, qui conduit à la filière PSI/PSI*).

La voie physique, technologie et sciences de l'ingénieur (PTSI)

Cette classe préparatoire est la moins plébiscitée par les bacheliers S. Et ce, alors que cette filière s'adresse en premier lieu à des élèves scientifiques, ayant un profil sciences de l'ingénieur ou sciences de la vie et de la terre.

Au programme, les sciences industrielles et les mathématiques sont à l'honneur, tandis que les travaux pratiques et expérimentations font partie intégrante du cursus.

A l'issue de leur première année, les étudiants doivent choisir entre deux options : la spécialité physique-technologie (PT) ou physique et sciences de l'ingénieur (PSI). Ces classes préparent ainsi principalement à l'entrée aux Arts et Métiers ParisTech ou à l'ENS Cachan.

La voie biologie, chimie, physique, sciences de la terre (BCPST)

Ces classes préparatoires accueillent des élèves issus du bac scientifique, toutes spécialités confondues. Ce qui compte avant tout, ce sont les connaissances en sciences (maths, physique-chimie et SVT) soient équilibrées, et que les candidats aient un goût prononcé pour l'observation et l'expérimentation.

Cette filière « bio » permet ainsi aux jeunes passionnés de la matière d'entrer directement après le bac dans une filière spécialisée d'agronomie. Ce cursus est donc axé sur la biologie, mais les mathématiques ou la physique-chimie ne sont pas à négliger.

Les classes préparatoires BCPST conduisent aux concours d'entrée des écoles d'agronomie, de chimie, de génie biologique et de géosciences, ainsi qu'aux écoles vétérinaires (ENV). Les programmes permettent également aux étudiants qui le souhaitent d'élargir les débouchés aux universités.

En-dehors de ces choix classiques, les élèves peuvent se présenter aux concours communs des écoles spécialisées en géologie, en biologie ou industrie du bois, ainsi qu'aux ENS de Cachan, Lyon et Ulm.

Dernière mise à jour : 16 juillet 2015