Envie de faire une pause durant ses études ? Partir un an mener une vie différente à l'étranger peut s'avérer une expérience extrêmement enrichissante... à condition de bien se préparer.

La décision d'arrêter ses études pour prendre une année sabbatique ou une année de césure à l'étranger peut être prise pour des raisons diverses et variées. Pour certains étudiants, ce sera l'envie de s'éloigner et de se ressourcer loin d'un système scolaire pesant. Pour d'autres, celle de se donner le temps de réfléchir à une nouvelle orientation, ou bien tout simplement un irrépressible appel du large...

Concernant les étudiants français, faire un tel choix est néanmoins plus difficile que pour leurs homologues anglais, norvégiens ou danois. En effet, dans ces pays, il est fréquent et très bien accepté pour les étudiants d'interrompre leurs études pour passer un an à l'étranger. Pour les jeunes français, en revanche, rien n'est prévu, et le départ demande donc à être bien préparé.

Quand partir ?

Prendre une année sabbatique à l'étranger juste après le bac est fortement déconseillé. Décrocher des études à cette période, ne serait-ce qu'une année, n'est pas exempt de risques.

Le rythme des cursus dans le supérieur est souvent bien plus difficile qu'au lycée, et une interruption d'un an peut rendre le retour sur les bancs de l'école ou de l'université extrêmement difficile. L'expérience reste donc à ne conseiller qu'aux bacheliers déjà très à l'aise dans leur scolarité.

Pour la plupart des étudiants, c'est en fait le moment entre la licence et le master qui s'avère le meilleur pour partir en année sabbatique à l'étranger. Enfin, mieux vaut ne pas tenter l'aventure juste après être diplômé : sauf exception, les recruteurs acceptent mal de voir des personnes qui ont préféré partir plutôt que de se lancer immédiatement sur le marché du travail.

Pour faire quoi ?

Une année sabbatique à l'étranger ne doit pas être synonyme d'une année de vacances : le temps des études est trop précieux pour qu'on le dépense. Bien valorisé, ce temps passé à l'étranger peut se révéler en revanche un atout supplémentaire dans la construction de son parcours scolaire et professionnel. Choisir sa destination et ensuite ses occupations est important.

En premier lieu, partir vivre à l'étranger peut permettre d'améliorer son niveau de langue. Le plus souvent anglais, mais aussi espagnol, allemand, ou encore chinois : maîtriser parfaitement une langue étrangère est généralement un atout pour la suite de son parcours.

Ce séjour dans d'autres contrées peut également être l'occasion d'acquérir une première expérience professionnelle. Même si c'est dans le cadre d'un « job », mieux vaut prendre le temps de trouver un emploi en rapport avec ses études ou ses aspirations professionnelles. Enfin, pourquoi ne pas tenir un blog durant son tour du monde, notamment si l'on envisage plus tard de faire une carrière dans la communication ou le journalisme...

Préparer son retour

A peine parti, il faudra déjà penser au retour, et au risque de se retrouver sans possibilités d'études une fois les pieds remis en France. Pour la plupart des cursus, les inscriptions se déroulent très tôt dans l'année.

La majorité des inscriptions en première année dans l'enseignement supérieur nécessite d'ailleurs de passer par la procédure Admission Post Bac (APB), qui s'ouvre dès le mois de janvier.

Pour les filières sélectives, les dossiers de l'année seront généralement prioritaires. Il ne faut néanmoins pas hésiter à joindre une lettre de motivation à sa candidature, et valoriser au maximum l'expérience acquise durant son année passée à l'étranger !

Dernière mise à jour : 17 septembre 2015