Selon un sondage réalisé par l’Etudiant, les lycéens demeurent très attachés au passage symbolique du baccalauréat. 

Alors que le nouveau président Emmanuel Macron entrevoit de renforcer le contrôle continu pour l’obtention du baccalauréat, 2.600 lycéens ont répondu aux questions de l’Etudiant concernant leur ressenti quant à la valeur et l’utilité de ce diplôme.

© L'Etudiant © L'Etudiant

Et si de nombreux observateurs estiment que le bac est « donné » à tout le monde, ce n’est pas le cas des lycéens sondés. En effet, 63 % des élèves interrogés considèrent que le bac n’est pas « trop facile », 70 % pour les lycéens issus de filières professionnelles.

Trop de matières à réviser

Beaucoup se plaignent du caractère éprouvant d’une semaine d’épreuves très rapprochées et du nombre important de matière à réviser. « C’est trop stressant et nous n’avons pas la moindre minute pour nous relaxer », commente Shanice en première ES.

Plus de contrôle continu

L’Etudiant relève qu’un terme en particulier revient couramment dans la bouche des lycéens : « injuste ». Ces derniers pensent que ce bloc d’épreuves en fin d’année n’est pas assez représentatif de leur niveau. « Seules les notes obtenues des copies du bac comptent, donc si on se trompe ou si on n’est pas en forme ce jour-là, on se rate », expose Laure en première STAV.

© L'Etudiant © L'Etudiant

Les lycéens favorables à moins d’épreuves

Les lycéens questionnés sont 79 % à se déclarer favorables à une diminution du nombre d’épreuves en terminale et à davantage de contrôle continu, ce que propose Emmanuel Macron.

Toutefois, malgré cette volonté d’alléger les épreuves de fin d’année, hors de question pour 79,1 % d'entre eux de supprimer ce rite de passage symbolique. Pour grand nombre de lycéens (58%), l’obtention de ce diplôme n’est pas insignifiante et a de la valeur.

© L'Etudiant © L'Etudiant

Laura, élève de terminale L, relativise la situation : « Il a de la valeur dans le sens où il représente le passage obligatoire pour les études supérieures. Mais un bac sans études supérieures, ça ne vaut rien. »

« Le bac a une importance sociale »

Si le bac est jugé difficile par les élèves sondés, c’est aussi à cause de l'angoisse qu’il représente. En outre, 80 % des futurs bacheliers se sentent « stressés » par le bac. Les filles un peu plus que les garçons (83 % contre 65 %).

Mathieu, en terminale S, vient apporter un début de réponse à la cause de cette anxiété : « Le bac a une importance familiale et sociale et ne pas l'avoir est quelque chose de lourd à supporter. » Une « peur de l’échec » est donc particulièrement palpable chez ces jeunes.

Renforcer le poids de la mention

© L'Etudiant © L'Etudiant

Enfin, l’enquête menée par l’Etudiant démontre aussi que 88 % des lycéens souhaitent conserver le système des mentions et que presque la moitié d’entre eux (48%) aimerait que ces dernières jouent un rôle plus important pour leur orientation postbac. Une possible façon d’ouvrir la voie à une sélection à l’entrée à l’université…