Pôle emploi vient de publier les chiffres du chômage pour le deuxième trimestre 2018. Toutes catégories confondues, seul le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans augmente nettement.

Avec 45 000 demandeurs d’emploi en moins entre 2017 et 2018, le printemps a plutôt été encourageant en termes de chômage. Des chiffres stables qui cachent tout de même quelques inégalités. 

Notamment entre les chômeurs n’ayant aucune activité, dont les effectifs n’ont augmenté que de 0,1 % en trois mois et ceux ayant bénéficié d’un contrat court (plus de trois jours par mois). Ces derniers comptent 8 000 inscrits supplémentaires au deuxième trimestre 2018 et 100 000 de plus par rapport à 2017 (+ 7 %). Parmi les plus touchés par le chômage : les moins de 25 ans.

8 000 demandeurs d’emploi supplémentaires chez les jeunes

En effet, quel que soit l’âge, seule la catégorie des moins de 25 ans compte davantage de sans-emploi qu’au premier trimestre 2018. En trois mois, le nombre d’inscrits à Pôle emploi a augmenté de 1,1 %, soit 5 000 femmes et 3 000 hommes supplémentaires. 

Ce nombre est même d’autant plus fort parmi les jeunes chômeurs de la catégorie A (sans aucune activité). Alors que l’effectif des demandeurs d'emploi de plus de 50 ans est resté stable (+ 0,1 %), celui des plus jeunes a augmenté de 1,9 % depuis le début de l’année 2018. Au total, 744 900 demandeurs d’emplois ont moins de 25 ans. 

Quand fin d’année scolaire rime avec inscription à Pôle emploi

Cet accroissement du nombre de jeunes inscrits à Pôle emploi entre avril et juin 2018 s’explique par la période elle-même. Car parmi les nouveaux demandeurs d’emploi, 7 % sont des jeunes diplômés qui entrent pour la première fois sur le marché du travail. Au total, ils sont près de 38 000 à s’être inscrits à cette période qui coïncide avec la fin des cours. Des chiffres qui explosent lors du deuxième trimestre mais qui restent stables (0 %) par rapport à cette même période en 2017.

D’ailleurs, même si le nombre de jeunes demandeurs d’emploi a quelque peu augmenté au printemps dernier, le nombre d’inscrits est en baisse chaque année depuis 2015 chez les moins de 25 ans, contrairement à celui de leurs aînés. Même constat pour les chômeurs en contrat court : chez les plus jeunes, ils sont 7 000 inscrits supplémentaires par rapport à 2017 alors que chez les plus de 50 ans, ils sont 50 000 de plus.