D’après la ministre de l’enseignement supérieur, la moitié des lycéens auront au moins une réponse positive dès ce soir.

A seulement un mois du baccalauréat, plus de 800 000 lycéens attendent avec impatience les premiers résultats de leur admission sur Parcoursup. A partir du 22 mai, 18 heures, les premières réponses seront délivrées par la nouvelle plateforme d’accès à l’enseignement supérieur. Même si les propositions se feront « au fil de l’eau », 400 000 candidats seront en attente ou refusés ce soir. 

Un million de propositions envoyées

En effet, invités séparément sur les matinales de France Inter et de RTL, les deux ministres Frédérique Vidal et Jean-Michel Blanquer sont unanimes : « La moitié des élèves auront une ou plusieurs réponses positives à partir de 18 heures. » Au total, un million de propositions seront envoyées aux futurs bacheliers ainsi que 135 000 parcours personnalisés.

Selon les formations envisagées, les lycéens peuvent recevoir un « oui », un « oui si », qui correspond au parcours personnalisé, ou encore rester « en attente » ou recevoir un « non » s’ils ont demandé des filières sélectives (classes préparatoires, BTS, DUT…). Les élèves auront alors sept jours pour valider leur vœu. Et a priori, pas d’inquiétude pour ceux qui restent sur les listes d’attente.

Un tiers des élèves en attente d’ici le bac

Néanmoins, un tiers des lycéens devraient se retrouver sans proposition avant de passer leur baccalauréat. Une situation stressante pour les futurs bacheliers qui ne seront pas sûrs d’entrer dans l’enseignement supérieur à seulement deux mois de la rentrée universitaire. 

Sur France Inter, Frédérique Vidal s’est montrée rassurante. Les réponses « commencent à arriver » à partir du 22 mai et ce jusqu’au 5 septembre. D’après la ministre, tous les élèves auront une réponse d’ici la rentrée. « Chaque jour, des dizaines de milliers de propositions seront faites aux lycéens en attente. » 

« A la fin, chacun doit avoir sa place »

Car contrairement à APB, le nouveau système est remis à jour quotidiennement : grâce au désistement des premiers admis, un candidat en attente le 22 mai pourra être accepté dans la formation de son choix dès le lendemain.  « Même si on a l’impression d’être loin sur la liste, cela ne veut rien dire, car les positions vont très vite bouger », considère Frédérique Vidal. 

Y compris pour ceux qui n’ont reçu que des refus. Une situation qui pourrait concerner entre 10 000 et 20 000 lycéens sur les 400 000 sans réponse, selon RTL. Le ministre de l’éducation nationale a précisé que « chacun doit avoir sa place ». A partir du 26 juin, une phase complémentaire permettra aux lycéens à la fois refusé ou en attente de sélectionner de nouveaux vœux parmi ceux restant pour la rentrée. A l’issu de cette procédure, les recteurs d’académie devront obligatoirement proposer un cursus aux élèves.