Avant de valider son dossier, chaque lycéen doit obligatoirement saisir sa préférence parmi sa liste de vœux.

Dernière ligne droite avant d’en finir avec Parcoursup. Les lycéens ont jusqu’au samedi 31 mars pour finaliser leur dossier et confirmer leurs vœux. Contrairement à l’ancienne procédure d’admission post-bac, Parcoursup ne propose pas de classer ses vœux par ordre de préférence mais simplement d’indiquer son vœu favori dans l’onglet « Préférence ».

Argumenter son choix

Cette étape est obligatoire pour confirmer sa liste de vœux. Comme pour saisir sa lettre de motivation, le lycéen doit indiquer sa préférence à l’aide d’un texte de 1 500 caractères maximum. 

Ce texte peut prendre plusieurs formes : soit le lycéen décide de saisir un type de formation (licence, BTS, classe prépa…), une spécialité (licence de droit, BTS communication, DUT techniques de commercialisation…), un domaine de formation (biologie, gestion, histoire…) ou une formation (STAPS à l’université de Nantes, école d’architecture de Marseille…). 

Le candidat doit donc se poser les bonnes questions : quel est mon idéal ? Est-ce que je privilégie l’école, le lieu de la formation ? Ou plutôt une spécialité indépendamment de la zone géographique ? Ils sera ensuite plus facile de poser ses arguments et d’expliquer sa préférence.

Une préférence à l’allure d’un plan B

Cette préférence s’adresse au rectorat. Selon Parcoursup, c’est une « information confidentielle, non transmise aux établissements, utile si vous ne recevez aucune proposition ». En effet, à partir du 22 mai, chaque lycéen recevra des réponses de la part des établissements. 

Mais si aucune proposition n’est acceptée, le rectorat analysera la préférence indiquée par l’étudiant afin de lui faire une nouvelle proposition lors de la phase complémentaire qui débutera le 26 juin. Le but est de répondre au mieux à la demande initiale du lycéen en lui proposant « d’autres formations qu’il n’avait peut-être pas identifiées, y compris un peu plus loin de chez lui ».